Autres publications soutenues par la SFE

Outre la collection « Hommes et musiques » et les Cahiers d'ethnomusicologie, la Société offre des aides ponctuelles pour des ouvrages et/ou des supports multimédia publiés chez d'autres éditeurs.

Incantation_de_patriarche-couverture
Incantation_de_patriarche-couverture
François Picard, L’Incantation du patriarche Pu’an 普庵祖師神咒 Les avatars du syllabaire sanskrit dans la musique chinoise

Leuven, Peeters, Institut Belge des Hautes Études Chinoises, « Mélanges Chinois et Bouddhiques », volume 31, 2012.
Ouvrage publié avec le soutien de la Société française d'ethnomusicologie.

«L'Incantation de Pu'an» compte parmi les rares pièces de musique à faire partie aujourd'hui de répertoires aussi différents que ceux des moines, des paysans, de ménétriers, des lettrés, des notables, des professionnels des conservatoires et du concert. Elle trouve sa source dans une incantation bouddhique dont la plus ancienne version connue, malgré son attribution à Pu'an, maître de méditation du XIIe siècle, figure, paroles et musique, dans un recueil pour cithare de 1592, avant même sa publication dans un livre bouddhique en 1600. Elle s'est transmise inchangée dans les temples, avec peu de transformations dans les répertoires paraliturgiques, alors que les versions actuelles pour cithare, sans paroles, sont devenues totalement méconnaissables, malgré une transmission notée sans interruption. Elle a été intégrée en tant que musique instrumentale aux répertoires des suites jouées à la cour impériale des Qing et se retrouve dans tous les recueils majeurs marquant l'émergence au XIXe siècle d'un répertoire pour cordes, base du répertoire des professionnels contemporains. Après ce long détour, elle a été réintégrée dans le répertoire pseudo-bouddhique des ensembles des maisons de thé de la région de Shanghai.

Beyhom livre
Beyhom livre
Amine Beyhom, Théories de l’échelle et pratiques mélodiques chez les Arabes

Volume I : L’échelle générale et les genres, Tome 1 : Théories gréco-arabes de Kindi (IXe siècle) à Tusi (XIIIe Siècle)

Éditions Geuthner, 2010. Avec le concours de la SFE.

La musicologie de la musique arabe est aujourd'hui majeure et riche de ses multiples aspects : acoustique, organologie, histoire des instruments, des pratiques, des systèmes, des oeuvres, analyse, systématique, ethnomusicologie des traditions, anthropologie religieuse, sociologie. Elle s'est cristallisée, avec l'oeuvre du baron Rodolphe d'Erlanger, le Bourbaki de la musique arabe, autour des préoccupations et des savoirs de son temps, se focalisant sur le rapport de l'échelle générale des sons avec les genres mélodiques. Aujourd'hui, le fondement d'une musique modale ne peut être saisi qu'à travers une intrication entre structure (échelles et éléments scalaires) et mémoire (reconnaissance des motifs, formules, tournures, intonations), que cette musique soit prise à l'échelle de la modalité de l'Islam, de l'ensemble arabo-arméno-chaldéo-turco-persan, du monde " arabo-musulman ", de la musique syro-égyptienne ou du mâlouf de Constantine. Formalisée à partir d'une théorie alternative de la modalité arabe, la dimension de la recherche d'Amine Beyhom, dont le lecteur tient le premier volume entre les mains, est non seulement systématique et historique mais spirituelle, souligne François Picard. La pratique de la recherche des textes, des manuscrits, des copies, des éditions, de la lecture, de la traduction, de la comparaison des variantes et interprétations a fait entrer l'ancien ingénieur polyglotte et cosmopolite dans la dimension de l'herméneutique. Toujours rigoureux, souvent enflammé, Amine Beyhom nous propose, entre théorie et pratique, une remise à plat, une actualisation des connaissances, une relecture des ouvrages fondamentaux, mais aussi ceux découverts depuis, ce qui va permettre de saisir, dans un premier temps, le système du magam en tant que structure. Ce tome, qui peut être également lu comme un exposé chronologique et systématique, inscrit plusieurs interrogations qui forment intrigue : Ne peut-on connaître la zalzalité dès avant Fârâbi ? Y a-t-il nécessité que le `ùd ait eu des frettes ? Peut-on diviser l'octave en un nombre d'intervalles qui ne soit ni sept, ni douze, ni vingt-quatre ? Et dix-sept a-t-il fait, ferait-il l'affaire ? L'auteur nous invite, dans cet ouvrage, à un dialogue passionné en forme de munazara : une lecture inédite de l'histoire de l'échelle musicale autour de la Méditerranée.

2271065100Christine GUILLEBAUD

Le chant des serpents Musiciens itinérants du Kerala.

Paris, CNRS Editions. Collection Monde indien. Sciences sociales 15e-21e siècle. 384 p. + 1 DVD-rom encarté.
Date de parution : 03-07-2008
ISBN : 978-2-271-06510-0
15 x 23 - 384 p., 1 DVD-rom

Présentation de l'éditeur :

Officiants de rituels domestiques, chanteurs au porte-à-porte, contractuels à la radio d’Etat, intervenants dans les colloques de musicologie indienne… Les musiciens itinérants du Kerala (Inde du Sud) pratiquent leur art selon des codes mouvants, riches, inventifs, sans cesse redéfinis en fonction des commanditaires, des lieux et des circonstances. Les « services musicaux » qu’ils offrent aux familles de haut statut visent à traiter les maux et les infortunes. Du fait même de leur mobilité, ils sont au cœur des réseaux de patronage qui caractérisent la société indienne.

Christine Guillebaud a suivi ces artistes « nomades » dont l’expression musicale emprunte aux formes populaires et sacrées, mêlant instruments, images, concepts, danses, voix, divinités. Une enquête passionnante qui permet de comprendre in situ le processus de création du « chant des serpents ».

L’auteur
Chargée de recherche au CNRS, Christine Guillebaud est membre du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM) du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative (LESC-CNRS/Paris X) et membre associée au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS-EHESS/CNRS).

guillebaud_dvd3
guillebaud_dvd3
Le DVD-rom encarté
Ce livre est accompagné d’un DVD-rom présentant de manière thématique une série d’enregistrements sonores, photographies, documents audiovisuels et traductions de chants recueillis au Kerala entre 1999 et 2001. Leur mise en lien multimédia vient compléter et éclairer les analyses proposées dans les chapitres3, 6 et 7 du présent ouvrage. L’utilisateur est invité à découvrir plus de quatre-vingts extraits musicaux et photographies, ainsi que des films et animations multimédia réalisées avec le logiciel «Flash». Le parcours est construit dans une interface comprenant trois chapitres principaux et onze sous-chapitres.



Michel GUIGNARD

Musique, Honneur et Plaisir au Sahara. Musique et musiciens dans la société maure. Paris : Geuthner (2nde édition augmentée d’un ouvrage paru en 1975), 260 p.
Y est joint un CD de musique maure: Mauritanie, voie noire, voie blanche.
Date de parution : 2005.


musique, honneur et plaisi au sahara- 4e de couverture -
Cet ouvrage est le fruit de recherches menées dans les années soixante dans une société bédouine, encore essentiellement nomade, peu touchée par la modernisation.
La musique savante des griots et la poésie étaient au coeur de la culture et jouaient aussi un rôle politique essentiel en exaltant l'honneur des chefs par la louange. Saisir la fonction de la musique c'est comprendre certains ressorts fondamentaux de cette société. Voir vivre ce troubadour qu'est le griot au milieu des siens, c'est donner un éclairage, au travers d'un exemple privilégié, sur les relations sociales entre les différentes strates de la société.
La musique elle-même surprend par son caractère savant et son degré d'élaboration théorique. L'auteur qui a suivi l'enseignement de plusieurs griots renommés, a réussi à déchiffrer ses principales structures. Il s'agit d'une musique profondément originale, jalon précieux pour comprendre les interactions culturelles dans cette région, au carrefour des mondes arabe, berbère et soudanais.
La première édition de cet ouvrage est aujourd'hui une référence incontournable sur le sujet et un élément important dans le développement de l'ethnomusicologie, discipline relativement récente. Le texte initial a donc été conservé intégralement. Quarante ans après, une nouvelle société citadine est née, ouverte aux influences extérieures et les musiciens doivent répondre aux attentes d'un public nouveau. Ils s'y sont adaptés en créant une musique nouvelle, qui reste cependant typiquement maure. C'est l'objet du dernier chapitre de ce livre.
Les enregistrements musicaux du disque compact joint au livre, ont été réalisés dans les années soixante auprès de musiciens aujourd'hui disparus. Ils sont commentés en français, anglais et arabe et constituent une illustration précieuse des propos de l'auteur.

Simha AROM. La boîte à outils d'un ethnomusicologue. PU Montréal, 420 p.
Date de parution : 02-05-2008
Textes réunis et présentés par Nathalie Fernando.

couverture de la boîte à outils
couverture de la boîte à outils
Présentation de l'éditeur :
Si l'intérêt pour les musiques exotiques date de plusieurs siècles, ce n'est qu'au XXe siècle que naîtra l'ethnomusicologie en tant que véritable discipline combinant la collecte des musiques traditionnelles et des méthodes d'analyse dans une perspective comparatiste. Parmi les ethnomusicologues de notre époque, Simha Arom est une figure de proue. Renommé pour ses travaux sur les musiques d'Afrique subsaharienne, sa vocation d'ethnomusicologue naît en 1963, lorsqu'il pose pour la première fois les pieds sur le sol centrafricain. Cet homme de terrain infatigable demeurera fasciné par la musique, les modes de vie et les traditions de l'Afrique Noire, qui sera l'objet de sa passion ethnomusicologique pendant plus de quarante ans. Les étudiants en musique et les musicologues trouveront ici un florilège de ses articles les plus emblématiques où son enseignement et sa quête scientifique sont synthétisés. Ils pourront y découvrir une approche rigoureuse et des outils méthodologiques novateurs, des analyses et des mises en contexte éclairantes. Ils y trouveront aussi une riche palette thématique de nature anthropologique, musicologique, ethnomusicologique, parfois philosophique. Tel que l'indique son titre, l'objectif de cet ouvrage est de mettre à leur disposition une " boîte à outils " qui leur permettra de se familiariser avec la discipline ou de réfléchir à ses problématiques et ses principaux enjeux.

Biographie de l'auteur
Simha Arom est notamment l'auteur de Conte et chantefables ngbaka-ma'bo (République centrafricaine) (1970, Selaf), Les mimbo, génies du piégeage et le monde surnaturel des Ngbaka-Ma'bo (République centrafricaine) (1975, Selaf) et African Polyphony and Polyrythm. Structure and Methodology (1991, Cambridge University Press). Il a également écrit une centaine d'articles en ethnomusicologie, conçu plus de 30 disques et CD de musiques traditionnelles (République centrafricaine, Bénin, Cameroun, Niger, Grèce, Israël) et réalisé plusieurs films.

Joomla SEF URLs by Artio