Jeudi 30 novembre : Journée autour du thème :

Chanter, parler, réciter. Pédagogies de la voix.

10h-12h30 / 18h-19h30

Département de Musicologie, Site Clouet

 

Les échanges de cette journée seront filmés et mis en ligne sur le site du département de musicologie de l’université de Tours et le site de la SFE

10h00-12h30 : Conférences (Auditorium)

Ariane Zevaco (Chargée de programmation à la Maison des Cultures du Monde, chercheuse associée au CREM-LESC (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et au CETOBAC (EHESS-CNRS)

L’apprentissage enfantin du rythme et de l’intonation au Tadjikistan : une pratique orale au service du texte.

Au Tadjikistan, l’apprentissage du rythme est considéré comme la base essentielle de l’apprentissage musical. Idéalement, selon la tradition communément suivie par les musiciens, il est mené à la fois via celui des instruments à percussion, parallèlement à celui des luths – dont certains soutiennent autant le rythme que la mélodie du chant ;  mais surtout via l’apprentissage de la récitation du Coran et de la poésie. La question de l’intonation est alors étroitement liée à l’apprentissage du rythme. En effet, les textes religieux et poétiques, tout comme le jeu des rythmes sur des luths et des tambours, mettent en œuvre l’intonation comme élément indissociable de l’apprentissage du rythme, et vice-versa. L’exposé sera consacré à l’étude de l’articulation de ces principes et leur mise en œuvre. Ils révèlent des enjeux fondamentaux de la définition de la pratique musicale au Tadjikistan, au sein ou en-dehors des répertoires traditionnels. En outre, ces principes d’apprentissage montrent la centralité du texte en tant que support oral pour l’éducation musicale. Néanmoins, les pratiques contemporaines accordent moins d’importance à l’apprentissage des textes, tout en en valorisant la valeur écrite : que nous révèle ce paradoxe ?

Xavier Bisaro (Professeur à l’Université de Tours / CESR)

Chanter pour parler : regards croisés sur l’éducation verbale dans l’enseignement scolaire

La généralisation de l’enseignement scolaire en France à partir du XVIe siècle favorisa l’initiation des enfants au plain-chant et à la psalmodie. L’apprentissage de la lecture latine était en effet indissociable de l’acquisition d’un savoir-chanter élémentaire qui permettait aux écoliers de contribuer vocalement au déroulement des cérémonies religieuses paroissiales. Cette communication proposera une présentation synthétique des enjeux de ce rapprochement entre chant et oralisation enfantine, ainsi que plusieurs axes de comparaison entre cette pratique et les usages du chant scolaire ayant émergé durant l’époque contemporaine.

18h-19h30 : Table-ronde (Grande salle)

« Chanter, parler, réciter : enjeux de la transmission des pratiques vocales auprès des jeunes publics » avec Sébastien Durand (CFMI de Tours), Isabelle Magnan (Conseillère départementale à l’éducation musicale), Luciana Penna-Diaw (Philharmonie de Paris / SFE) et Samuel Rénier (Université de Tours : EES). Modération : Talia Bachir-Loopuyt (ICD)

Joomla SEF URLs by Artio