Actualités de l'ethnomusicologie

Jouer, danser, boire

 

Carnets d'ethnographies musicales
Jean-Michel Beaudet

Ce livre est avant tout un parcours d’ethnologue : plus de quarante ans d’expériences ethnographiques – la première date de 1972 – en Amérique du Sud (Amazonie bolivienne, Minas Gerais, Guyane) et en Nouvelle-Calédonie.

Dans cet ouvrage d’ethnomusicologie, l’auteur, pour comprendre des sociétés, des pratiques (chasse, chamanisme, guerre, manières de boire, partage sexué des tâches, etc.), prend comme voie d’entrée l’esthétique sonore des gens, la musique mais aussi la danse.

Ce livre est constitué d’un ensemble de brefs récits donnant un éclairage sur la relation ethnographique. Les musiciens, chanteuses, danseurs d’Amazonie et d’Océanie offrent leur propre musicologie, mais tressent aussi avec l’ethnologue des anthropologies renouvelées. On peut donc percevoir dans l’esquisse d’une anthropologie sensuelle et engagée, sonore et mouvementée, des propositions pour une anthropologie du plaisir.

Si le ton est libre, le propos s’inscrit dans une anthropologie de facture classique. Dans la lignée d’un Pierre Clastres, l’auteur observe et analyse la diversité des cultures. Cette ethnologie s’ancre par ailleurs dans l’actualité perturbée des communautés autochtones (infiltration du capitalisme ; intrusion missionnaire). L’ouvrage montre alors qu’il est possible d’étudier, d’une part, des schèmes culturels anciens et, d’autre part, des luttes ou revendications liées aux transformations du présent.

http://editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/jouer-danser-boire/

27351100964990M

« Le rap, ça vient d'ici ! »

Musiques, pouvoir et identités dans le Gabon contemporain
Alice Aterianus-Owanga

Depuis la fin des années 1980, le rap est devenu, au Gabon comme dans d'autres États du continent africain, le levier de constructions identitaires, de reconfigurations des rapports au politique et de transformations culturelles majeures. À l’inverse des discours abordant ce genre musical globalisé comme emblème de l’« occidentalisation » ou de l’homogénéisation culturelle, l’appropriation du rap a donné lieu à Libreville à des formes variées de réinventions de particularismes et de revendications de la localité, se déclinant dans le registre du genre, du religieux, du rapport à la nation, à l’ethnicité ou à l’africanité.

Né d’une immersion de plus de huit années dans les réseaux du hip-hop gabonais et africain, l’ethnographie multisituée proposée dans cet ouvrage éclaire les entrelacements entre pratiques musicales, dynamiques identitaires et rapports au pouvoir, en décrivant comment les rappeurs du Gabon se sont progressivement imposés comme des acteurs politiques majeurs d’un régime semi-autoritaire en mutation. Par le biais de l’anthropologie des pratiques musicales, cet ouvrage offre un axe de compréhension novateur à propos de l’histoire politique et culturelle du Gabon, et des scènes musicales qui contribuent à mettre en mouvement les villes africaines contemporaines.

http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100964990

 

TERRAIN 68 Ire de couverture 2
TERRAIN 68 Ire de couverture 2
Que peuvent avoir en commun des mystiques soufis cherchant l’extase dans un concert spirituel, des bergers éthiopiens qu’un chant mène vers d’homicides vengeances, un moine tibétain en discussion avec un cours d’eau, et des scientifiques britanniques théorisant au XVIIe siècle le fonctionnement du système nerveux ? Leurs univers de pensée diffèrent radicalement, et pourtant tous partagent une idée : certaines vibrations sonores, bien réglées, auraient la capacité d’agir sur le corps et le psychisme d’autrui, avec ou sans son consentement. Cette hypothèse fonde tantôt des espoirs thérapeutiques, tantôt la crainte que les mauvaises ondes n’induisent des effets pathogènes ou n’accomplissent sur les âmes sensibles d’insidieuses manipulations.
Dans le nouveau numéro de Terrain, disponible dès aujourd’hui en librairie, anthropologues, historiens et ethnomusicologues enquêtent sur les mystérieux pouvoirs prêtés aux sons et à la musique.

« L’emprise des sons », Terrain n°68, paru le 31 octobre 2017.

Pour télécharger le dossier de presse, cliquez ici.

Pour acheter le numéro en ligne ou s’abonner à la revue, cliquez ici.

 

Music of Power, Power of Music, A seventeenth-century Venetian trophy: an Ottoman military band

Edited by Philippe Bruguière

Proceedings of the International Conference, April 12, 2013, Musée de la musique, Cité de la musique.

The expansionist conquests of Ottoman power in sixteenth-century Europe caused a profound disarray that changed Western representations of the world order on a long-term basis. The imposing military orchestras which preceded Turkish troops on the battlefield or accompanied official delegations made a great impression and went on to exert two centuries of influence on artistic creation. The recent study of one of these orchestras - brought back to Venice by the admiral Francesco Morosini around 1690 after a victorious military campaign in the Peloponnese - offers an unprecedented potential for historical investigation both in terms of organology and of the science and technology of materials. The multidisciplinary approach of the conference held at the Musée de la musique – Cité de la musique in Paris brought together historians, curators and scientists around this exceptional Ottoman military band.

599F0352.CITE DOM.CITE PO.200.200009F.1.6A85C.145 599F0352.CITE DOM.CITE PO.100.1626172.1.988C.11 7.CITE DOM.CITE PO.100.0.1.0.116

599F0352.CITE DOM.CITE PO.200.200009F.1.6A85C.145 599F0352.CITE DOM.CITE PO.100.1626172.1.988C.11 7.CITE DOM.CITE PO.100.0.1.0.116
 

Table of contents

Foreword / Philippe Bruguière
 
I - History and Contexts
 
The evolution of the relationship between Venice and the Ottoman Empire in the seventeenth and eighteenth centuries / Jean-Claude Hocquet
 
The collection of Ottoman musical instruments from the residence of Francesco Morosini, captain-general and doge, in the Venice Civic Museums / Camillo Tonini
 
Islamic military music: heritage of the Ottoman mehter / David Nicolle
 
The Ottoman and the Mughal Military bands, Ensigns of the Imperial Household / Philippe Bruguière
 
II - Analyses and Characterisations
 
The kettledrums of the Ottoman military band in the Correr Museum: diagnostic and conservation / Marie-Anne Loeper-Attia
 
The doge’s zurna: a new contribution to the history of the forked shawm / Emanuele Marconi
 
The Ottoman shawms and cymbals from the Correr Museum: a comparative acoustic study / Sandie Le Conte
 
In situ metallurgical study of historical Ottoman, Asian and European cymbals / Jean-Philippe Échard

Cape-Town-Harmonies-Cover.png

Cape-Town-Harmonies-Cover.png

CAPE TOWN HARMONIES, Memory, Humour and Resilience (Somerset West [Afrique du Sud], African Minds, 2017), ouvrage co-écrit par Armelle Gaulier et Denis-Constant Martin vient d'être publié . Il analyse deux répertoires de chant choral interprétés par des chœurs du Cap et montre comment l'examen de l'origine, de l'organisation, de l'interprétation de ces chants et des débats qu'elle suscite, permet de comprendre plus finement les hésitations et les ambivalences qui existent à propos de leur "identité" parmi ceux qui étaient classés coloureds (« métis ») durant l'apartheid, et les incidences que cela peut avoir pour le vivre ensemble dans la cité sud-africaine. Cape Town Harmonies propose un exemple de croisement d’analyses ethnomusicologiques et sociopolitiques qui ambitionne de montrer la fertilité de cette combinaison. L’ouvrage est publié sous une licence internationale "Creative Commons Attribution 4.0", sa version papier doit être achetée mais il est aussi disponible gratuitement en ligne (voir: http://www.africanminds.co.za/dd-product/cape-town-harmonies-memory-humour-resilience/).

Quatrième de couverture (extraits de la préface):

« Cape Town’s public cultures can only be fully appreciated through recognition of its deep and diverse soundscape. We have to listen to what has made and makes a city. The ear is an integral part of the ‘research tools’ one needs to get a sense of any city. We have to listen to the sounds that made and make the expansive ‘mother city’. Various of its constituent parts sound different from each other … [T]here is the sound of the singing men and their choirs (“teams” they are called) in preparation for the longstanding annual Malay choral competitions. The lyrics from the various repertoires they perform are hardly ever written down […] There are texts of the hallowed ‘Dutch songs’ but these do not circulate easily and widely. Researchers dream of finding lyrics from decades ago, not to mention a few generations ago – back to the early 19th century. This work by Denis Constant Martin and Armelle Gaulier provides us with a very useful selection of these songs. More than that, it is a critical sociological reflection of the place of these songs and their performers in the context that have given rise to them and sustains their relevance. It is a necessary work and is a very important scholarly intervention about a rather neglected aspect of the history and present production of music in the city.”

Shamil Jeppie, Associate Professor in the Department of Historical Studies at the University of Cape Town.

Cette rubrique recense quelques publications des membres : livres, disques, outils multimedia, etc. Les travaux financés par la Société sont distingués dans la rubrique Publications.

Cette rubrique contient des appels pour des colloques, des publications collectives, des concours, des postes à pourvoir.