Photo_Khayal._Miturang.jpgCirculation et recomposition des répertoires dans la musique classique de l'Inde du Nord : l'exemple du chant khyāl

Ingrid Le Gargasson

Séminaire du CREM du lundi 15 mai, de 14h à 16h, à la MAE (Université Paris Ouest Nanterre)

Le khyāl est actuellement le principal genre de la musique vocale hindoustanie ou « musique classique » de l’Inde du Nord. Cette forme poético-musicale, apparue au tournant du 17e siècle, s’est développée aux 18e et 19e siècles et a continué à se transformer tout au long du 20e siècle. Même si des collections de chants existent sous format manuscrit, lithographié et, depuis la deuxième moitié du 19e siècle, sous forme imprimée, la tradition orale reste le lieu privilégié de leur transmission. Certains chants sont oubliés quand d’autres perdurent ou sont réintégrés. La plupart des chanteurs composent et insèrent, par ailleurs, leurs créations dans leur répertoire de scène, allant même jusqu’à les publier et les enregistrer.   

Après avoir détaillé certains aspects du genre khyāl et notamment la « mise en performance » du poème, je propose de considérer la manière dont les répertoires se recomposent d’une génération à l’autre, à partir d’une enquête ethnographique réalisée auprès d’une lignée de chanteurs basée à Delhi, dans le cadre de mes recherches doctorales. En abordant la question de la circulation et de la réappropriation des répertoires, je montrerai les liens ténus existant entre transmission orale et transmission écrite dans le contexte étudié. Nous verrons, enfin, comment l’artiste hindoustani ordonne, sélectionne et ajuste les connaissances héritées de ses maître pour les adapter à la scène musicale actuelle.


Ingrid Le Gargasson est docteure en anthropologie sociale et historique (EHESS) associée au CREM, et membre co-fondatrice de l’association Kalasetu qui promeut les arts de la scène sud asiatiques en Inde et en France.

 

Joomla SEF URLs by Artio