Offres et appels

Cette rubrique contient des appels pour des colloques, des publications collectives, des concours, des postes à pourvoir.

Poste de professeur de musique adjoint menant à la permanence (ethnomusicologie)
 
L’École de musique Schulich de l’Université McGill offre le programme universitaire le plus important du Canada dans le domaine de la formation professionnelle des interprètes et des compositeurs ainsi que dans celui de la recherche musicale, qui y est envisagée comme une discipline des sciences humaines et selon une approche scientifique et technologique. Nous recherchons des candidats jouissant d’une réputation internationale en recherche musicale, qui maintiendront un haut degré d’activité professionnelle dans ce domaine et qui sont capables d’enseigner et de superviser des étudiants de tous les cycles universitaires et de tous les programmes jusqu’à l’obtention de leur doctorat.
 
Département de recherche musicale
 
Nous recherchons des candidatures pour un poste de professeur d’ethnomusicologie adjoint conduisant à la permanence. Le candidat doit être un chercheur exceptionnel dont le champ d’intérêt principal est la culture musicale autochtone d’Amérique du Nord. Il doit détenir un doctorat dans un domaine pertinent (les candidats qui n’ont pas encore présenté leur thèse seront considérés) et posséder une solide feuille de route faisant foi de nombreux travaux publiés qui correspondent à son cheminement de carrière d’un point de vue qualitatif et quantitatif. Un désir de participer à des initiatives multidisciplinaires sera considéré comme un atout., tout comme le fait de parler couramment au moins une langue autochtone ou d’en être un locuteur natif. La charge d’enseignement est de deux cours par trimestre. Il pourrait s’agir de cours d’introduction, de cours de premier cycle de niveau intermédiaire ou avancé, ou encore de séminaires d’études supérieures dont les sujets sont d’intérêt pour le candidat.
 
Nous accueillons favorablement les candidatures de personnes qui s’engagent à instruire et à soutenir une population
étudiante diversifiée, et qui enrichiront elles-mêmes la diversité ethnique et culturelle de l’École et de l’Université.
 
Seules les demandes reçues avant le 1er novembre 2017 seront considérées.
 
Des entrevues auront lieu sur le campus à la fin de l’automne 2017 ou au début du printemps 2018.
 
Le mandat commence le 1er août 2018 (mandat initial de trois ans menant à la permanence). Les candidats sont invités à soumettre les éléments suivants au moyen du formulaire de candidature disponible en ligne (version anglaise seulement, https://www.mcgill.ca/music/about-us/employment ) : une lettre de présentation comprenant une déclaration des intérêts de recherche et un énoncé de la philosophie d’enseignement; un curriculum vitæ; un résumé de thèse de 300 à 500 mots; trois lettres de recommandation (nous demanderons aux candidats sélectionnés pour les entrevues sur le campus d’en apporter des copies imprimées sur papier à en-tête et signées).
 
Vous pouvez adresser vos questions à la personne suivante : Professeure Roe-Min Kok, directrice, Département de recherche musicale
 
Directrice du comité de recherche 514.398.4400, poste 089403; chair.music_research@mcgill.ca (titre du sujet: Ethnomusicology Search)
 
La rémunération est négociée en fonction des compétences et de l’expérience du candidat. Le poste doit faire l’objet d’une approbation budgétaire finale. L'Université McGill souscrit à la diversité et à l'équité en matière d'emploi. Elle accueille favorablement les demandes d'emploi: des femmes, des peuples Autochtones, des minorités ethniques, des personnes handicapées, des personnes de toutes orientations et identités sexuelles, des minorités visibles, et d'autres personnes qui pourraient contribuer à une plus grande diversité. On encourage tous les candidats qualifiés à postuler; veuillez noter que conformément aux exigences de l'immigration canadienne, la priorité sera toutefois accordée aux Canadiens ainsi qu'aux résidents permanents.

cmam ennejma ezzahra photo event 843

cmam ennejma ezzahra photo event 843
LE CONGRÈS INTERNATIONAL DE TUNIS

7, 8 et 9 décembre 2017

LA MODALITÉ AU PRISME DE LA MODERNITÉ

Créativité musicale et cheminements culturels entre apports, hybridations et mutations identitaires

Stratification d’émotions, empreinte des peuples et des individus, la musique se colore à travers les siècles par le vécu des sociétés et constitue à ce titre un témoin majeur de l’histoire des civilisations. A chaque génération sa modernité, son acception du changement, de l’innovation, du progrès, son positionnement vis-à-vis du passé, son image du présent et ses propres aspirations, son attirance pour la rupture ou pour une continuité rénovée. Nonobstant les apports et les changements, la musique demeure le miroir d’une identité collective et d’une circulation du savoir à travers les générations.

Dans le cadre des musiques modales de tradition orale et dans la sphère des pratiques musicales des pays du Maghreb et du Mashriq, la modalité, plus qu’un système constitué d’un ensemble de modes et de formes musicales, est un mode d’appréhension de la musique. Les questions relatives à la modernité, au positionnement de l’individu dans sa propre contemporanéité, au dialogue ou au rejet des modernités respectives entre civilisations n’a pas été étranger à son parcours. Dans les périodes d’effervescence intellectuelle et créative, de progrès technologique et de basculements esthétiques, les questions du renouveau et de l’identité se sont posées avec plus d’acuité sur les plans de l’approbation et de la contestation. Quel fut donc le rôle des intellectuels, des compositeurs et des interprètes notamment durant la première moitié du xxe siècle au Maghreb et au Mashriq ? Quelle philosophie de l’art et du renouveau et quelle conception de l’innovation ont-elles motivé leurs créations littéraires et artistiques ? Peut-on penser que la coloration de l’empreinte modale par le renouveau des générations a pu conserver le fil conducteur de l’identité modale – fil conducteur dont il y a lieu de déterminer les constituants – et qu’en est-il aujourd’hui de notre positionnement face à la modernité ? Peut-on encore parler d’une pensée culturelle en rapport avec une production musicale ou la vocation commerciale a-t-elle effacé toute pensée dans une aliénation à une modernité chimérique à teneur pécuniaire ? Qu’en est-il du rôle de l’industrie du disque dans la promotion ou dans l’effacement des identités ? Dans le rapport dialectique que peut entretenir la modernité avec la tradition, entre rupture et continuité métamorphosée, quel rôle pour l’oralité dans la transmission contemporaine du savoir ? Quel impact des nouvelles technologies et des propositions organologiques contemporaines ? Quel impact des possibles décalages – sur le plan des temporalités, des contextes et des champs de signifiance – dans la circulation des idées, des concepts et particulièrement des notions de modernité et de postmodernité entre Orient et Occident ?

Ce congrès se donne pour objectif d’ouvrir le débat dans le cadre d’un questionnement autour de la notion même de modernité dans les rapports dialectiques qu’elle peut entretenir avec l’essence des musiques monodiques modales de tradition orale, leur identité et leur continuité. Il se veut fondamentalement ouvert à l’interdisciplinarité de par un encouragement des réflexions mettant en exergue les rapports entre pratique et théorie, des études inter-arts, des études comparées entre modalité d’Orient et racines modales des musiques occidentales et des contributions sociologiques et philosophiques.

Dans cet appel à une réflexion autour de la Modalité au prisme de la modernité, le prisme occupe une position centrale en faisant référence à la fois au sens scientifique du terme en optique, par les propriétés du prisme en matière de réfraction et de décomposition, et au sens figuré faisant référence à la transformation voire à la déformation du réel. En d’autres termes : que nous renvoient les acceptions successives de la modernité – et de la postmodernité –, de la modalité en tant qu’univers systémique, esthétique et sémiotique sur le plan de la créativité musicale, des structures didactiques et de la pensée musicologique, philosophique et sociologique ?

Les propositions de contribution pourront s’articuler autour des axes suivants :

  • AXE 1 : Approches conceptuelles autour des thèmes suivants : modalité (tabʻ, maqām), modernité, postmodernité, éthos modal, identité, tradition, transmission, mondialisation, homogénéisation, innovation.
  • AXE 2 : Approches analytiques des courants modernistes au Maghreb et au Mashriq :
    1. Analyse des courants idéologiques et esthétiques
    2. Le débat entre modernistes et traditionnalistes.
  • AXE 3 : Approches historiques et comparatives des cheminements créatifs et des évolutions des enjeux économiques de la musique (particulièrement la modalité en Occident pour ce qui est des cheminements créatifs et l’industrie du disque pour ce qui est des enjeux économiques).
  • AXE 4 : Débats d’actualité en matière de sémiotique modale.
  • AXE 5 : Approches esthétiques et philosophiques des rapports entre spécificité modale, identité culturelle et processus de modernisation.
  • AXE 6 : Analyse sociologique des mutations artistiques entre évolutions créatives et processus d’acculturation.
  • AXE 7 : Le vécu artistique : témoignages empiriques et corrélations entre théorie et pratique.

Les propositions de communication sont à faire parvenir par voie électronique jusqu’au 25 septembre 2017 au plus tard à l’adresse suivante : congress.modality@gmail.com. Elles devront comprendre :

  • un résumé (de 1500 caractères au maximum espaces compris) en arabe, français ou anglais
  • une courte biographie comprenant l’affiliation universitaire.

Les réponses seront communiquées le 7 octobre. Une publication des travaux du congrès est envisagée. La date de remise des articles pour les communications retenues sera communiquée au moment de la notification de l’acceptation.

Comité scientifique :

  • Mahmoud Guettat (Professeur émérite / Université de Tunis – Tunisie)
  • Nicolas Meeùs (Professeur émérite / Université Paris-Sorbonne – Belgique)
  • Dinko Fabris (Président de la société internationale de musicologie / Professeur à l'Université de la Basilicata –Italie)
  • Nidaa Abou Mrad (Doyen de la Faculté de Musique et Musicologie / Université Antonine – Liban)
  • Jean During (Directeur de recherche émérite / CNRS – France) (en attente de confirmation)
  • Lassaad Kriaa (Maître de conférences (HDR) / Université de Tunis – Tunisie)
  • Xavier Hascher (Professeur / Université de Strasbourg – France)
  • Samir Becha (Directeur de l’Institut Supérieur de Musique de Tunis – Tunisie)
  • Mondher Ayari (Maître de conférences (HDR) / Université de Strasbourg – France)
  • Anis Meddeb (Directeur du Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes – Tunisie)

Comité d’organisation :

  • Achraf Kamoun (Chercheur au Laboratoire CUNTIC / Université de Tunis)
  • Lamia Bouhadiba (Chercheure au Laboratoire CUNTIC / Université de Tunis)
  • Hamdi Makhlouf (Maître assistant / Institut Supérieur de Musique de Tunis)
  • Samir Becha (Directeur de l’Institut Supérieur de Musique de Tunis)
  • Anis Meddeb (Directeur du Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes)

Coordination scientifique :

  • Fériel Bouhadiba (Chercheure au Laboratoire CUNTIC / Université de Tunis)
Fonds de bourses Maryvonne-Kendergi

pour la musique au Québec

Niveau doctorat
 
Grâce au fonds Maryvonne-Kendergi, la Faculté de musique offre une bourse de doctorat de 10 000 $ pour l’année 2018 (admissions de l’hiver 2018 et de l’automne 2018) à un(e) étudiant(e) canadien(ne) ou étranger(ère) inscrit(e) à temps plein à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.
 
Le projet de recherche devra porter sur la musique au Québec.
 
Le projet pourra prendre pour objet les répertoires musicaux (tous genres confondus), les moyens de diffusion de la musique (presse, radio, film), les institutions musicales (civiles et militaires) et les enjeux culturels, sociologiques et politiques qui font intervenir la musique.
 
Conditions particulières
L’étudiant(e) devra être inscrit(e) au doctorat en musique (option musicologie ou ethnomusicologie) selon les conditions de la Faculté de musique de l’Université de Montréal.
Un jury se réunira pour l’attribution de la bourse à la fin de la période de recrutement. Cette bourse pourra être cumulée le cas échéant avec des contrats d’auxiliaire de recherche et d’autres bourses d’excellence, à l’exception des bourses de maîtrise du FRQ-SC et du CRSH.
 

Les dossiers complets (même dossier que pour la demande d’admission + lettre de présentation spécifiquement relative à la demande de bourse) doivent être envoyés au plus tard le 15 septembre 2017 au format PDF à l’adresse suivante : stephanie.deschamps.3@umontreal.ca.

 

Trad'Mag est un magazine bimestriel de 116 pages qui s'intéresse aux musiques et aux danses traditionnelles (dans une acception très large) de France et d'ailleurs.
Seul dans son domaine, il est très ancien (28 ans) et a un lectorat très fidèle, d'environ 5 000 abonnés.
Parmi ces abonnés, de nombreuses personnes qui pratiquent un (au moins) instrument et sont intéressés par des détails organologiques.
Les articles sont majoritairement consacrés à l'actualité des musiques et danses traditionnelles (portraits d'artistes, chroniques de disques, annonce de festivals...) mais de nombreuses pages sont dédiées à des informations plus intemporelles.
Ainsi, la double page "Invitation au voyage" (8000 signes) permet de brosser un tableau des musiques d'un pays ou d'une région (voire d'une ville) donnée.
Dans le numéro 172, par exemple, l'ethnomusicologue Johanni Curtet invite à découvrir "La Mongolie, comme vous ne l'avez peut-Ítre jamais entendue".
Dotée d'une dizaine de pages, la section "Instruments & techniques" peut Également accueillir des contributions sur l'organologie (8000 signes).
Dans les numéros précédents, on y trouvait des informations sur un petit hautbois en sol ou le qoshnay d'Ouzbekistan.
Les rédacteurs de Trad'Mag sont tous des passionnés de musique bénévoles.
Certains sont (ou ont été) professeurs.
Le magazine serait ravi d'accueillir de temps en temps des contributions (bénévoles) de musicologues ou d'ethnomusicologues à propos des pays dans lesquels ils ont voyagé ou d'instruments qu'ils ont observés.
Les contributions peuvent entrer dans les détails mais elles doivent rester dans le domaine de la vulgarisation.
Elles doivent impérativement être accompagnées de photos ou de dessins.
N'hésitez pas à faire des propositions au rédacteur en chef du magazine (Philippe Krümm : philippe.krumm@gmail.com) et au rédacteur en chef adjoint (François Mauger : maugermail@gmail.com).

Cet appel à articles est permanent.

http://www.tradmag.fr/

Joomla SEF URLs by Artio