Actualités de l'ethnomusicologie

Fonds de bourses Maryvonne-Kendergi

pour la musique au Québec

Niveau doctorat
 
Grâce au fonds Maryvonne-Kendergi, la Faculté de musique offre une bourse de doctorat de 10 000 $ pour l’année 2018 (admissions de l’hiver 2018 et de l’automne 2018) à un(e) étudiant(e) canadien(ne) ou étranger(ère) inscrit(e) à temps plein à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.
 
Le projet de recherche devra porter sur la musique au Québec.
 
Le projet pourra prendre pour objet les répertoires musicaux (tous genres confondus), les moyens de diffusion de la musique (presse, radio, film), les institutions musicales (civiles et militaires) et les enjeux culturels, sociologiques et politiques qui font intervenir la musique.
 
Conditions particulières
L’étudiant(e) devra être inscrit(e) au doctorat en musique (option musicologie ou ethnomusicologie) selon les conditions de la Faculté de musique de l’Université de Montréal.
Un jury se réunira pour l’attribution de la bourse à la fin de la période de recrutement. Cette bourse pourra être cumulée le cas échéant avec des contrats d’auxiliaire de recherche et d’autres bourses d’excellence, à l’exception des bourses de maîtrise du FRQ-SC et du CRSH.
 

Les dossiers complets (même dossier que pour la demande d’admission + lettre de présentation spécifiquement relative à la demande de bourse) doivent être envoyés au plus tard le 15 septembre 2017 au format PDF à l’adresse suivante : stephanie.deschamps.3@umontreal.ca.

 

Trad'Mag est un magazine bimestriel de 116 pages qui s'intéresse aux musiques et aux danses traditionnelles (dans une acception très large) de France et d'ailleurs.
Seul dans son domaine, il est très ancien (28 ans) et a un lectorat très fidèle, d'environ 5 000 abonnés.
Parmi ces abonnés, de nombreuses personnes qui pratiquent un (au moins) instrument et sont intéressés par des détails organologiques.
Les articles sont majoritairement consacrés à l'actualité des musiques et danses traditionnelles (portraits d'artistes, chroniques de disques, annonce de festivals...) mais de nombreuses pages sont dédiées à des informations plus intemporelles.
Ainsi, la double page "Invitation au voyage" (8000 signes) permet de brosser un tableau des musiques d'un pays ou d'une région (voire d'une ville) donnée.
Dans le numéro 172, par exemple, l'ethnomusicologue Johanni Curtet invite à découvrir "La Mongolie, comme vous ne l'avez peut-Ítre jamais entendue".
Dotée d'une dizaine de pages, la section "Instruments & techniques" peut Également accueillir des contributions sur l'organologie (8000 signes).
Dans les numéros précédents, on y trouvait des informations sur un petit hautbois en sol ou le qoshnay d'Ouzbekistan.
Les rédacteurs de Trad'Mag sont tous des passionnés de musique bénévoles.
Certains sont (ou ont été) professeurs.
Le magazine serait ravi d'accueillir de temps en temps des contributions (bénévoles) de musicologues ou d'ethnomusicologues à propos des pays dans lesquels ils ont voyagé ou d'instruments qu'ils ont observés.
Les contributions peuvent entrer dans les détails mais elles doivent rester dans le domaine de la vulgarisation.
Elles doivent impérativement être accompagnées de photos ou de dessins.
N'hésitez pas à faire des propositions au rédacteur en chef du magazine (Philippe Krümm : philippe.krumm@gmail.com) et au rédacteur en chef adjoint (François Mauger : maugermail@gmail.com).

Cet appel à articles est permanent.

http://www.tradmag.fr/

GILGIT-BALTISTAN, CHARSADDA, BALOUTCHISTAN

Chants soufis, musiques populaires, musiques de transe

header fi17 pakistan1

header fi17 pakistan1
Le Festival de l’Imaginaire s’associe au Théâtre de la Ville pour offrir un voyage musical d’une frontière à l’autre du Pakistan, au fil de deux journées bien remplies.

Venus de la province de Gilgit-Baltistan pour la première fois en France, Abid Karim et Gulbahar Shah font partie de ces quelques dépositaires ayant hérité des textes sacrés de leurs aïeux, rédigés parfois en langues anciennes, le plus souvent en persan. Représentant la nouvelle génération, la jeune Amreen assure sans conteste la pérennité de ces chants que son père interprétait dans les cérémonies soufies. Originaires du Swat, au centre nord du pays et également pour la première fois en France, Ustad Zainullah Jan et Zulfiqar proposent pour leur part une invitation à la danse. Zainullah, véritable acrobate du sétâr, et le percussionniste Zulfiqar forment un duo dont l’évidente complicité musicale se mesure à l’intensité de leurs regards. Pour ce concert, ils alterneront charbita (histoires romantiques) et rubai (poèmes d’amour).
À l’ouest du Pakistan s’étend le Baloutchistan, immense région désertique dont la frontière déborde sur le sud de l’Iran et l’est de l’Afghanistan. Les maîtres Ustâd Abdulrahmân Surizehi au benju et Abdul Wahid au suroz démontrent tour à tour avec virtuosité la richesse née de cette diversité. Après s’être laissé ensorceler par ces musiques d’exorcisme, de guérison et de transe gwâti-damâli, le luth damboura nous accompagne ensuite à Kalat, au son des chants et danses populaires du charismatique Muhammad Akhtar Chanal, et enfin à Dera Bugti, où les frères Hussain réinterprètent avec bonheur l’héritage de leur père, le grand Ustâd Sachu Khân, qui a poussé l’art du suroz à son firmament.

Samedi 18 novembre à 20h30
Musique soufie
Abid Karim chant, rubâb
Amreen chant, rubâb
Gulbahar Shah chant
Ershad Vaeztehrani daf
région de Gilgit-Baltistan

Ustad Zainullah Jan chitrali sitar
Zulfiqar kouzeh, tatqé
région du Swat

Dimanche 19 novembre à 11h
Salon de musique

Ustad Abdulrahman Surizehi benju
Darehan Khan tamburDimanche 19 novembre à 15h
Musique de transe

Abdul Wahid suroz
Ustad Abdulrahman Surizehi benju
Muhammad Akhtar Chanal chant
Riaz Hussain suroz
Khadim Hussain damboura, chant
Darehan Khan tanbur
Ershad Vaeztherani percussions
région du Baloutchistan

Paris, Théâtre de la Ville - Espace Cardin
1 avenue Gabriel
75008 Paris

Dans le cadre du Festival de l’Imaginaire

15 novembre – 20 décembre, Lyon, Paris, Mougins, Saint-Maxime, Noisiel, Milhouse

Les Marionnettes sur eau du Vietnam par le Théâtre national de marionnettes du Vietnam

Plus d’info :  http://www.festivaldelimaginaire.com/2017/les-marionnettes-sur-eau-du-vietnam/

Marionnettes du Vietnam

Marionnettes du Vietnam

Découvert par la Maison des Cultures du Monde qui lui faisait quitter pour la première fois le Vietnam en 1984, le mua roi nûoc, littéralement « danse des marionnettes sur l’eau », est une forme d’expression millénaire, attestée dès l’an 1121. Une stèle en pierre de la dynastie des Lý précise en effet que le spectacle avait atteint une telle perfection qu’il avait été jugé digne d’être présenté devant le roi. Né pour les fêtes saisonnières ponctuant les cycles agricoles au nord du Vietnam, régions où l’eau est au centre de la vie quotidienne, le mua roi nûoc représente les travaux et les jeux des villageois.

Les marionnettes sur eau ne peuvent être classées dans aucune des catégories classiques, telles que marionnettes à fils, à gaine ou à tige. Elles sont fixées sur des perches, simples ou complexes. Les premières, destinées à déplacer les marionnettes, sont munies d’un gouvernail. Les deuxièmes sont reliées aux poupées par des tiges et des fils, actionnés par les doigts des marionnettistes. Les danses des marionnettes ont failli disparaître, car elles étaient auparavant exclusivement pratiquées par des corporations d’artisans, paysans et pêcheurs qui gardaient jalousement les secrets de leur manipulation. On raconte même que deux jeunes gens n’ont pu se marier parce que le garçon était le fils aîné du trùm (chef) d’une troupe, mais sa bien-aimée était malheureusement membre d’une troupe rivale.

Depuis une trentaine d’années, néanmoins, les marionnettistes traditionnels ont accepté de former de jeunes artistes qui enseignent aujourd’hui à l’Institut des Marionnettes de Hanoï. Il faut environ trois années de formation pour devenir un bon marionnettiste, et ce dernier est parfois aussi facteur de marionnettes. Cet art continue ainsi d’être pratiqué d’un côté par les villageois lors de divertissements populaires, et de l’autre par des troupes professionnelles dans les théâtres en ville.

Autour de l’étang du village, des scènes pleines de poésie et d’humour racontent la vie quotidienne, les croyances, les amours et les déconvenues, les disputes familiales et les compétitions, des batailles militaires aux parties de pêche, de la récolte du riz à la danse des immortelles… Présenté et commenté par Têu, beau jeune homme et personnage central qui commente les travers des habitants et taquine les villageoises, le mua roi nûoc est un spectacle rare et magique à ne manquer sous aucun prétexte.

21e Festival de l'Imaginaire
27 septembre 2017 > 22 décembre 2017

Le Festival de l’Imaginaire invite de jeunes créateurs et de grands maîtres dans les domaines de la musique, de la danse, du théâtre et des peaffiche imaginaire 2017

affiche imaginaire 2017
rformances rituelles. Ne se limitant pas à un panorama des formes dites "traditionnelles", il s’intéresse aussi aux formes contemporaines dès lors qu’elles s’enracinent dans l’imaginaire d’un peuple et d’une société et ne sont pas calquées sur les modèles occidentaux. Chaque année, de nombreux lieux à Paris et en Ile-de-France accueillent les spectacles, concerts, performances et rituels du Festival : Théâtre du Soleil, Musée du Louvre, musée du quai Branly, Institut du Monde Arabe, Musée Guimet, Opéra Bastille, Théâtre de la Ville, Théâtre Équestre Zingaro, 104, Maison des métallos... Ainsi qu'en région : Opéra de Lyon, Théâtre de Vitré, Opéra de Lille, Trident de Cherbourg, l'Encre à Cayenne (Guyane française), les Dominicains de Haute-Alsace...

Vous pouvez consulter la brochure du festival mais également la télécharger ici.

Pour acheter vos billets par correspondance, téléchargez, imprimez puis complétez le BULLETIN DE LOCATION.

Dans le programme de cette édition (ils reste encore des dates):

Les marionettes sur eau du Vietnnam, Mbira du pays Shona, musiques kurdes et turques d'Anatolie, chant syrien (par Waed Bouhasson) 

Cette rubrique recense quelques publications des membres : livres, disques, outils multimedia, etc. Les travaux financés par la Société sont distingués dans la rubrique Publications.

Cette rubrique contient des appels pour des colloques, des publications collectives, des concours, des postes à pourvoir.

Joomla SEF URLs by Artio