Parutions

Cette rubrique recense quelques publications des membres : livres, disques, outils multimedia, etc. Les travaux financés par la Société sont distingués dans la rubrique Publications.

 1

1

LES « BANDES » DE VIOLONS EN EUROPE : CINQ SIÈCLES DE TRANSFERTS CULTURELS. Des anciens ménétriers aux Tsiganes d'Europe centrale,

Les fortes ressemblances entre anciens ensembles ménétriers de violons et actuelles bandes de violons – tsiganes – d'Europe centrale, autorisent l'hypothèse des transferts culturels.

Les Tsiganes étant présents en Europe depuis le XVe siècle, les processus de mise en contact entre eux et les populations locales (Gadjé) sont multiples : circulations humaines de toutes sortes, cadre répressif et carcéral associé au vagabondage, fréquentation, par les Tsiganes, des nobles, des cours, de l'espace économique et performatif de la foire, des milieux du théâtre itinérant. Par ailleurs, au XVIIe siècle, les bandes de violons – surtout françaises – ont essaimé dans toute l'Europe, notamment centrale. De ce fait, les actuelles bandes de violons européennes, témoignant de l'histoire migratoire tsigane, des échanges entre Tsiganes et Gadjé et entre Européens eux-mêmes, constituent une mémoire interculturelle de l'Europe.

Si l'itinérance, l'oralité, la périphérie sociale et culturelle, la dilution du "Bohémien" dans le "vagabond" complexifient le traitement d'une telle recherche en raison de la raréfaction des sources directes, l'un des objectifs de cet ouvrage est de révéler le dynamisme et le mouvement des sociétés européennes anciennes, l'extrême complexité de leur fonctionnement musical, l'enchevêtrement de leurs réalités sociales, économiques, politiques, culturelles. Cette histoire des bandes de violons en Europe doit, certes, être appréhendée dans le cadre des cours, mais aussi d'une culture ménétrière urbaine, rurale, parfois foraine et marginale, itinérante et nomade.

L'autre ambition de cet ouvrage est de proposer une nouvelle approche de la technique et du jeu violonistiques des anciens ménétriers violonistes, notamment à la cour de France, à partir de l'étude des consorts populaires actuels de violons de certaines régions d'Europe occidentale (Italie), centrale et balkanique.


Luc Charles-Dominique est Professeur d'ethnomusicologie à l'Université Nice-Sophia-Antipolis (Université Côte d'Azur). Ses recherches sont en anthropologie musicale historique (personnage historique du ménétrier, symboliques du sonore), en épistémologie (liens de l'ethnomusicologie et de l'histoire), en ethnomusicologie de la France et de la Méditerranée (anthropologie de la modernité). Cofondateur et président du CIRIEF (Centre International de Recherche Interdisciplinaire en Ethnomusicologie de la France), il est membre de l'Institut Universitaire de France.

Table of Contents

Introduction.

PREMIERE PARTIE : « LES "TSIGANES" EN FRANCE : DE QUI ET DE QUOI PARLE-T-ON ?

Ch1. — Éléments pour une histoire tsigane, au-delà des mythes et des fantasmes
— les sources d'une histoire tsigane
— les mythes des origines et leurs controverses
— clichés et fantasmes du bohémianisme

Ch2. — Migrations, groupes, états socio-économiques
— chronologie des principales migrations
— quelques identificateurs migratoires, dès le XVe siècle
— les différents groupes tsiganes et la question de leurs dénominations
— les principales activités socio-économiques des Tsiganes en Europe et en France

DEUXIEME PARTIE : TSIGANES ET MENETRIERS : « TOUJOURS EN ROUTE ET EN EVEIL... AU HASARD DES RENCONTRES ET DES OCCASIONS... »

Ch3. — « Aller, venir, passer, repasser » : la mobilité partagée des Tsiganes et des Gadjé dans la France ancienne
— itinérance, nomadisme... un peu de sémantique
— en finir avec les localismes, se départir de la notion d'isolat
— les principales formes historiques d'itinérance en France
— les Tsiganes en France, entre nomadisme et sédentarité
— les grandes voies de circulation et la logistique du voyage

Ch4. — Une marginalité assignée, partagée et réprimée
— les codes sociaux, culturels et ethniques de la distinction chez les Tsiganes
— vagabondage et marginalité
— la répression du vagabondage et des Tsiganes en particulier
— Tsiganes et Gadjé, galériens et musiciens...

Ch5.— Les Tsiganes, les cours et la noblesse
— les parrainages de Tsiganes par les nobles
— mariages mixtes et brassages
— les causes de la présence tsigane dans les cours
— un cas d'école : le château de Brissac (Anjou)

Ch6.— Foires, marchés et commerce des instruments de musique sous l'Ancien Régime
— foires et marchés : des échelles différentes, des systèmes complémentaires
— les grandes foires et leur attractivité
— acteurs et logistique du commerce de foire
— la foire, univers composite, espace de la marge
— le commerce des instruments de musique sous l'Ancien Régime
— la foire, plaque tournante du commerce des instruments de musique
— le colportage, la « mercerie » et la musique

Ch7.— Foire, spectacles, arts de la performance
— ¬le théâtre de foire et des boulevards
— les marionnettistes
— les danseurs de cordes
— les acrobates et les hercules forains
— les opérateurs et les charlatans
— les montreurs de tours et d'animaux savants
— « colporteurs faméliques », chanteurs ambulants et autres artistes de foire
— l'univers musical de la foire

Ch8.— Les Tsiganes, au cœur de la foire
— les Tsiganes et la foire
— foires aux chevaux, maquignons et Tsiganes
— la « Bonne aventure » et la foire

Ch9.— Le théâtre, entre itinérance et musique : une source de rencontres
— théâtre et musique au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime
— musiciens, danseurs et acteurs du théâtre itinérant en France
— les Tsiganes et le théâtre
— Gitans et Bohémiens dans la production théâtrale et à l'opéra

Ch10.— Les Tsiganes, la musique, la danse, le cirque
— les Tsiganes et la musique
— les Tsiganes et la danse
— les Tsiganes et le cirque

TROISIEME PARTIE – BANDES DE VIOLONS ET TRANSFERTS CULTURELS : DE L'HISTOIRE AU TERRAIN ET DU TERRAIN A L'HISTOIRE

Ch11.— De l'histoire à l'ethnomusicologie : les « bandes » de violons, à travers l'Europe et les cultures, à travers le temps
— dès le XVIe siècle, les « bandes » de violons et autres consorts
— bandes de violons à la cour de France et dans les cours d'Europe
— traditions régionales de bandes de violons en Europe occidentale jusqu'à nos jours
— l'appropriation historique du violon par les Tsiganes
— peut-on écrire l'histoire des bandes de violons en Europe centrale ?
— similarités organologiques entre bandes tsiganes d'Europe centrale, anciennes bandes ménétrières et actuelles bandes de violons d'Europe occidentale

Ch12.— De l'ethnomusicologie à l'histoire : peut-on reconstituer le jeu des anciennes bandes ménétrières de violons ?
— la tenue et le jeu de l'archet : une esthétique de l'énergie et de l'efficacité sonore
— polyphonie et harmonie
— le rôle rythmique du « remplissage » : marquer les contretemps
— le violon ménétrier en « bandes » : des musiques de l'improvisation

Conclusion
Bibliographie
Crédits photographiques
Table des illustrations
Index.

L'ouvrage est publié chez Brepols Publishers (Turnhout, Belgique), dans la collection Epitome Musical (direction Philippe Vendrix).
 

Copertina Giannina w

Copertina Giannina w

Ce volume naît de notre rencontre avec Giannina Malaspina et Marino Ciprietti, chanteurs-conteurs itinérants, actifs dans une vaste région rurale et montagneuse de l'Italie centrale pendant la seconde moitié du XX e siècle. Une rencontre qui remonte à 1993, quand a été réalisé l'unique enregistrement sonore du couple lors de leurs quêtes à domicile, et qui a mûri dans un projet impliquant de nombreux acteurs entre les Abruzzes, Paris et Lisbonne. C'est une recherche ethnomusicologique et musicale qui découle du désir de raconter et d'être en quelque sorte complices d'un phénomène rituel extraordinaire mais peu connu, lié à une histoire humaine particulièrement significative. En interprétant les oraisons pour les défunts, les histoires des saints et la chanson dévotionnelle des musiciens errants, Giannina – comme le souligne Mauro Geraci dans l'introduction – "encadrera son deuil jamais refermé pour la perte de son père, [...] en se faisant elle-même peu à peu, avec Marino, porte-parole et médiatrice d'un deuil étendu et partagé, d'une douleur chantée, considérée comme utile et exemplaire pour soi comme pour tous"

Bonini Baraldi, Filippo; De Virgilio, Domenico & Spitilli, Gianfranco. 2017. Giannina Malaspina Cantastorie. Teramo: Centro Studi Don Nicola Jobbi.

4eme de couverture et index+communiqué de presse : ici

ISBN • 978-88-941462-2-6

Coll. Studi e Documenti di Antropologia e di Etnomusicologia SDAE 3

256 pp., ill. b/n 

Avec CD encarté. 

Prix :  20 €

Pour info et achats: 

Facebook https://www.facebook.com/centrostudijobbi/ 

www.centrostudijobbi.it | associazione.bambun@gmail.com

BoniniBaraldi ISPMN17 cover

BoniniBaraldi ISPMN17 cover

Why do Gypsies weep when they play music? What happens during funerals, when music and the women's laments overlap? What are the strategies used by musicians to move their audience? Having shared the musical life of a Transylvanian Gypsy community for several years, Filippo Bonini Baraldi tries to answer these questions in his book. Bonini Baraldi shows that music and weeping go hand in hand, revealing the tensions between unity and division, life and death, the self and the others and making use of fundamental human faculties: sympathy, emotional contagion, empathy. These are the very faculties that the Gypsies praise, overemphasize and perceive as central to their identity. Drawing on an ethnography deeply rooted in the sensory domain of musical practice, this work is a theoretical and interdisciplinary reflection on the links between music, emotion and empathy.

Bonini Baraldi, Filippo. 2017. Romi, muzică şi empatie (translation by Ioana Miruna Voiculescu, foreword by Speranţa Rădulescu). Cluj-Napoca: The Romanian Institute for Research on National Minorities. URL: http://www.ispmn.gov.ro/page/editura-ispmn

ISBN: 978-606-8377-52-0 

3e Rencontres internationales du patrimoine culturel immatériel en Bretagne

Bretagne Culture Diversité, collection BRUG, 2018.

Couverture Actes 2016 PCI

Couverture Actes 2016 PCI

 

SOMMAIRE

Ouverture des Rencontres ......................................................................................................... p. 3

Des racines et des ailes

Charles Quimbert ............................................................................................. p. 5

Dix ans après : heurs et malheurs d’une convention internationale

Cécile Duvelle .................................................................................................... p. 19

« Le coq qui a trouvé un couteau » La France et le PCI : des relations équivoques

Chérif Khaznadar ........................................................................................... p. 31

Inscritptions sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité : et après ? ....................................................................................................... p. 37

Propos liminaire

Pierre Bois ............................................................................................................ p. 39

Le fest-noz à l’UNESCO : un premier bilan

Ronan Guéblez ................................................................................................. p. 43

Mise en place d’un observatoire pour un état des lieux du fest-noz

Jérôme Floury et Aurélie Hess-Miglioretti ............................ p. 51

Après l’inscription du gwoka sur la Liste représentative du PCI de
l’UNESCO : enjeux de territoire et prespectives

Félix Cotellon ..................................................................................................... p. 71

La sauvegarde du samba de roda de Baiha (2005-2014)

Carlos Sandroni .............................................................................................. p. 79

Une anthologie du khöömii mongol : un projet de transmission

Johanni Curtet et Nomindari Shagdarsüren ........................ p. 81

 

PCI et tourisme ...................................................................................................................... p. 93

Valorisation touristique du patrimoine culturel immatériel : enjeux, contraintes et risques

Aurélie Condeveaux ..................................................................................... p. 95

Les problématiques et enjeux de la mise en tourisme du patrimoine culturel immatériel en Amazonie : le cas du peuple Zápara d’équateur

Vladimir Mejía Ayala ................................................................................. p. 111

Trois questions à... Anne Gallo, Vice-présidente chargée du tourisme, du patrimoine et des voies navigables au Conseil régional de Bretagne

Anne Gallo .......................................................................................................... p. 123


Inventorier le PCI
............................................................................................................. p. 127

Les inventaires du PCI

Séverine Cachat ............................................................................................. p. 129

La politique de la relation au cœur du travail culturel

Geneviève Goutouly-Paquin et Claude Paquin ................... p. 131

La participation des communautés : les étudiants entre praticiens et « experts »

Patricia Heiniger-Casteret .................................................................. p. 139

L’inventaire participatif du PCI en Centre Ouest Bretagne, un inventaire sur mesure pour un territoire singulier

Marie-Hélène Cosqueric ....................................................................... p. 149

Quel avenir pour la ruralité ? La piste de l’inventaire du PCI en réponse ?

Daniel Caillarec ............................................................................................. p. 153

Les jeunes au cœur de l’inventaire participatif du PCI en Centre Ouest Bretagne, l’exemple du concours « Sell’ta ! » et des ateliers Ethno’

Julie Léonard .................................................................................................. p. 155

 

Le service de l’Inventaire du patrimoine culturel de la Région Bretagne et le PCI

Stéphanie Bardel-Ménard ................................................................... p. 169

Diversité culturelle et droits culturels ......................................................................... p. 177

Les droits culturels et le problème du singulier et de l’universel
Jean-Claude Quentel ................................................................................ p. 179

Le patrimoine au regard des droits culturels : ressource vivante et dynamique

Johanne Bouchard ..................................................................................... p. 189

Paideia, une démarche d’observation et d’évaluation des politiques publiques

Christelle Blouët .......................................................................................... p. 203

De l’importance du pain perdu au porto... ou quand les patrimoines singuliers nous nourissent

Caroline Troin ................................................................................................ p. 209

Conclusion .............................................................................................................................. p. 221

Conclusion

Philippe Ramel ............................................................................................... p. 223

 4eCouverture Actes 2016 PCI

4eCouverture Actes 2016 PCI

Commander l'ouvrage:

Prix public : 12 € + 3 € de frais de port.

A commander auprès de Bretagne Culture Diversité – 3, boulevard Cosmao Dumanoir 56100 LORIENT – contact@bcd.bzh.

https://www.bcd.bzh/fr/les-actes-des-3e-rencontres-internationales-du-pci-en-bretagne-disponibles/

Couv
Couv
 
Arnaud Robert :
 
Genève aux rythmes du monde
Une histoire des Ateliers d’ethnomusicologie
Avec une préface de Laurent Aubert et une postface de Fabrice Contri
A travers vingt histoires qui retracent l'épopée des Ateliers d'ethnomusicologie créés il y a trente-cinq ans par Laurent Aubert, le journaliste Arnaud Robert raconte comment des Pygmées de Centrafrique ou des dieux du sud de l'Inde ont débarqué sur la scène de l'Alhambra, comment des dizaines de disques enregistrés ont servi à préserver des traditions menacées. Et comment, à force d'écouter les autres, on finit par mieux s'entendre soi-même. L'ouvrage qui retrace aussi en photographies ces trente-cinq ans de sons n'est pas un album de famille ou le panégyrique obligatoire du fondateur qui s'en va. Il est un portrait critique et passionné de la Genève internationale, de la catégorie musique du monde et du risque de ranger dans un fourre-tout commode toutes les cultures extra-occidentales. Il est aussi la réponse au pari des Ateliers d'ethnomusicologie : la musique, d'où qu'elle vient, est une main tendue.
Genève : Labor et Fides, 2018. 248 p., ill. n.b. et coul.
ISBN 978-2-8309-1659-1

 

Joomla SEF URLs by Artio