Luc Charles-Dominique
Luc Charles-Dominique
2862

En bref

Professeur d'Ethnomusicologie à l'Université de Nice-Sophia-Antipolis
Anthropologie musicale historique, Ethnomusicologie de la France
Gascogne (tradition de violon), France (revivalisme)
Europe

Recherches

Parallèlement à une ethnomusicologie de terrain, je mène une recherche plus anthropologique et historique, tout d’abord sur le personnage du « ménétrier », musicien que l’on qualifierait aujourd’hui de « populaire » et de « traditionnel », et dont la réalité est attestée, en France, dès le début du xive siècle. Avec cette recherche (publiée en 1994 chez Klincksieck), je souhaitais m’inscrire dans la voie de la sociologie musicale historique, dont les grandes études du domaine français (F. Lesure, M. Jurgens, C. Massip, M. Benoît, etc.) semblaient, depuis plusieurs années, ne plus connaître de prolongement ni de renouvellement. Je souhaitais relativiser aussi les dichotomies synchronie/diachronie, savant/populaire, oral/écrit en montrant, entre autres, qu’une histoire des sociétés (ou des pratiques) de l’oralité est possible et que cette question se pose aussi dans les sociétés dites de l’écriture.

Depuis la publication de ce livre, ma recherche, en anthropologie musicale historique, s’est recentrée sur la prégnance du discours historique chrétien dans l’élaboration progressive d’esthétiques musicales très tranchées, la musique savante religieuse et profane de « divertissement » d’un côté, la musique essentiellement fonctionnelle des ménétriers de l’autre. Cette nouvelle hypothèse, étayée historiquement par la classification dualiste – de type emic – des « hauts » et « bas » instruments (du xiiie au xviiie siècle), a orienté mes activités de recherche dans les domaines connexes de l’anthropologie sociale, politique et de celle, religieuse, du christianisme (entre autres celles de la mort et de la sorcellerie). Mais dans la mesure où son point d’ancrage est le volume sonore, c’est toute l’anthropologie historique de la sensibilité sensorielle qui a servi de référent.

Cette anthropologie structurale heuristique a permis de répondre à quelques interrogations, demeurées jusque-là sans réponses et qui concernent l’édification des musiques occidentales savantes et leur esthétique. Elle se poursuit actuellement dans les domaines suivants : l’étude anthropologique des classifications instrumentales ; les musiques de la mort et rites assimilés en Europe.

Mais c’est principalement dans le champ d’une anthropologie historique de l’interculturalité en France que je poursuis mes investigations, avec l’étude des probables influences tsiganes sur l’instrumentation et la polyphonie ménétrières, dès le xve siècle. Ce type de recherche appelle un traitement pluridisciplinaire et un décloisonnement épistémologique, pour l’ethnomusicologie (intégration du champ historique) et pour la musicologie (prise en compte d’un champ culturel social global et des cultures extra-européennes).

Dans un domaine plus synchronique, notamment dans le cadre de mes activités de fondateur et président du CIRIEF, je souhaiterais impulser à l’échelon national et international une recherche collective et coordonnée sur la construction des formes modernes d’identité musicale, entre autres perceptibles dans la revendication identitaire politique régionaliste actuelle, en prenant comme terrain l’ensemble des expressions musicales, de toutes natures et de toutes origines, se développant au sein de l’espace français actuel (DOM-TOM compris) et aussi dans le courant revivaliste, actif depuis environ trente-cinq ans en France. Il s’agira, entre autres, de montrer comment l’anthropologie musicale historique, notamment celle du timbre musical, est efficiente dans l’appréhension d’une anthropologie politique, vue ici à travers le prisme de ses codes sonores emblématiques.

Cette recherche de type sémiologique a donc une visée théorique et méthodologique plus universelle, dont l’un des enjeux est de s’interroger sur les liens du diachronique et du synchronique, de l’ethno(musico)logie et de l’histoire.

 

Publications

Livres :

 

— 1984 :

800 ans de musique populaire à Toulouse, Toulouse, Éditions du Conservatoire Occitan. 110 pages.

 

— 1987 :

Musique populaire en pays d’Oc, Toulouse, Éditions Loubatières. 32 pages.

 

— 1989 :

Musiques et chants de la Révolution dans le Midi Toulousain, Toulouse, Éditions Conservatoire Occitan, CLEF 89. 180 pages.

 

— 1994 :

Les Ménétriers français sous l’Ancien Régime, (préface de François LESURE), Paris, Klincksieck, 335 pages.

 

— 2002 :

(avec Jérôme CLER), La Vocalité dans les pays d’Europe méridionale et dans le bassin méditerranéen, Actes du colloque international de La Napoule, mars 2000, Parthenay, FAMDT, 2002, 232 pages.

 

— 2002 :

(avec Pierre LAURENCE), Les hautbois populaires. Anches doubles, Enjeux multiples, Parthenay, FAMDT, 2002, 296 pages.

 

— 2006 :

Musiques savantes, musiques populaires : les symboliques du sonore en France (1200-1750), Paris, CNRS, 2006, 264 pages. [Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros 2007].

 

— 2008 :

(avec Yves DEFRANCE), L’Ethnomusicologie de la France : de « l’ancienne civilisation paysanne » à la globalisation, Actes du colloque de Nice, nov. 2006, Paris, L’Harmattan, 2009, 496 pages (Collection Ethnomusicologie et anthropologie musicale de l’espace français).

 

— 2009 :

(ed.), Mémoire, traces, histoire, édition des Actes du colloque de Nice Mémoire, traces et histoire dans les musiques de tradition orale (16-17 octobre 2008), Cahiers d’ethnomusicologie, n° 22.

 

 — 2014 :

(avec Yves Defrance et Danièle Pistone) (dir.), Fascinantes étrangetés. La découverte de l'altérité musicale en Europe au XIXe siècle, Paris, L'Harmattan, 407 pages.

Disques :

 

En tant que musicien et participant :

 

— Musica Nostra, musica del poble. Riga-Raga. 1979. (33 tours).

— Per Tener Cap. Riga-Raga. 1979. (45 tours).

— Bal Oc’he. Lo Jaç. 1982. (33 tours).

— Danses autour du monde. (Sous la direction de Claude Flagel). 1980. (33 tours).

— Carnaval es arribat. Ballets Occitans de Toulouse. 1981. (33 tours).

— Carnaval Tolosa 1984. Comité d’Organisation du carnaval Universitaire. (45 tours).

— Calabrun, 1997 (CD)

— Luc Charles-Dominique, Musique des Violoneux de Gascogne, 2000, 5 Planètes (CD) (Bravos de Trad’Magazine, **** Monde de la Musique, « Coup de cœur » de l’Académie Charles Cros).

— Calabrun : Fisança, 2002 (CD).

 

 

 

En tant que directeur artistique et producteur :

 

— En 1985, direction musicale et documentaire, conception, arrangements, de la collection Musiques et Voix Traditionnelles Aujourd'hui, coproduite par l'ARTEM (Conseil Régional de Midi-Pyrénées) et Radio-France, destinée à illustrer les traditions instrumentales et vocales des « pays » de Midi-Pyrénées.

• 1986 : Vol 1. Les Cornemuses. (33 tours, CD).

Grand Prix International de l’Académie Charles Cros 1987.

• 1987 : Vol 2. La Danse. (33 tours, CD).

Grand Prix International de l’Académie Charles Cros 1988.

• 1988 : Vol 3 Les Hautbois. (33 tours, CD)

Grand Prix International de l’Académie Charles Cros 1989.

• 1989 : Vol 4. Les Violons, Les Flûtes. (33 tours, CD).

• 1990 : Vol 5 Les Voix. ( double 33 tours, CD longue durée)

(CHOC du Monde le la Musique).

 

— En 2001, création de la collection discographique régionale : « Atlas Sonore en Languedoc-Roussillon » (valorisation de la mémoire musicale régionale).

• 2001 : Vol 1. « René Chalvet, Accordéoniste Lozérien »

(**** Monde de la Musique)

• 2003 : Vol 2. « André Taïeb, Chants séfarades des synagogues du Languedoc » (CHOC de la Musique)

• 2003 : Vol 3. « Hérault : la Bouvine. Chansons, contes et musiques de fêtes » (Bravos de Trad’Magazine)

 

— En 2004, Direction du projet discographique anthologique « Bodega, bodegaires ! Anthologie de la cornemuse du Haut-Languedoc » et direction artistique des enregistrements. Triple Cd, livret de 150 pages, coproduction Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles / Conservatoire Occitan de Toulouse /CORDAE-La Talvera / Conseil général de l’Aude (ADDMD 11) / Conseil général de l’Hérault (ADDM 34) / Conseil général de la Haute-Garonne (ADDA 31) / Conseil général du Tarn (ADDA 81).

(CHOC du Monde de la Musique,

Coup de Cœur 2005 de l’Académie Charles Cros, Bravos de Trad’Magazine).

 

 

Enseignements

Séminaires de master 2013-2014

 

Anthropologie Historique de la musique et du geste.

Patrimonialisation des Arts Vivants.

Ethnomusicologie : « L’ethnomusicologie du domaine français ».

 

 

Joomla SEF URLs by Artio