Offres et appels

Cette rubrique contient des appels pour des colloques, des publications collectives, des concours, des postes à pourvoir.

Journées doctorales d’ethnomusicologie 2018

Paris, Maison de la Recherche, 23-24 novembre 2018

Organisées par

François Picard, Professeur d’ethnomusicologie analytique à Sorbonne Université (IReMus, UMR 8223)

Susanne Fürniss, Directrice de Recherche CNRS (Éco-anthropologie, MNHN)

Luc Charles-Dominique, Professeur d’ethnomusicologie à l’Université de Côte d’Azur (LIRCES, EA 3159)

Denis Laborde, Directeur de Recherche au CNRS & Directeur d’études à l’EHESS (Centre Georg Simmel, Paris-Bayonne)

Ce que produit à l’ethnomusicologie, à la musique et à la connaissance la recherche des doctorantes et jeunes docteures et de leurs homologues masculins nous intéresse au plus haut point, ainsi que les conditions – difficiles, variées – dans lesquelles elle s’exerce.
Produire de l’interconnaissance entre jeunes chercheurs, instaurer les conditions d’un débat scientifique large et permanent, offrir aux doctorantes l’occasion d’exposer leur recherche publiquement, tels sont les objectifs de ces 8e Journées doctorales d’ethnomusicologie (Rencontres nationales de doctorants en ethnomusicologie) qui seront une nouvelle fois accueillies par Sorbonne Université. Chaque exposé durera trente minutes, suivi d’une discussion de dix minutes.

Les Journées doctorales d’ethnomusicologie sont ouvertes à tout doctorant menant une recherche en ethnomusicologie, quelles que soient son université et la discipline dans laquelle elle ou lui est officiellement inscrit (ethnomusicologie, musicologie, sociologie, ethnologie, anthropologie, histoire, études culturelles... ).

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle D40

vendredi 23 novembre 2018 de 14 h à 18 h et samedi 24 de 10 h à 18 h

• Les doctorants souhaitant proposer une communication doivent faire parvenir avant le 25 août 2018 (premier délai) un texte comprenant :

le titre de la communication
un résumé d’une page environ (2 500 signes maximum)
le nom de l’université, du laboratoire et de la directrice ou directeur de thèse

aux quatre adresses suivantes :

francois.picard@ sorbonne-universite.fr furniss@mnhn.fr luc.charles-dominique@unice.fr dlaborde@msh-paris.fr

Appel à manifestations

Seconde édition du séminaire nomade de la SFE  (2018 – 2019)

 

Initié en 2017-2018, le format du séminaire nomade veut d’une part promouvoir la diffusion des recherches en ethnomusicologie sur le territoire national, et d’autre part encourager la circulation des connaissances et des formats de restitution dépassant le cadre des manifestations académiques traditionnelles. Afin de garantir l’accessibilité des connaissances, les divers événements organisés (conférences, journées d’étude, tables-rondes) font l’objet d’une captation et sont mis en ligne sur le site internet de la Société Française d’Ethnomusicologie.

 

Musique et immigrations en France

Le thème des pratiques musicales en contexte d’immigration est travaillé en France depuis une vingtaine d’années par des initiatives à la jonction entre ethnomusicologie, médiation culturelle et politiques territoriales (Mahfoufi et Chevalier 1993, Pardo et Mounaïm 1998, les publications du CMTRA, Prévôt 2016). Il a aussi suscité des travaux d’ethnomusicologues étrangers et de chercheurs d’autres disciplines, en particulier sociologues et politistes, qui se sont penchés sur les formes hybrides de la chanson populaire maghrébine et sur le rap comme forme d’expression paradigmatique des descendants d’immigrés dans la société postcoloniale (Durand 2002, Huq 2001, Kapchan 2009, Marranci 2000, Hammou 2012, Raibaud 2008, Suzanne 2009). Il a enfin constitué un point nodal des débats sur l’évolution de l’ethnomusicologie dans la littérature ethnomusicologique anglophone ou germanophone et plus largement, dans des travaux de chercheurs explorant les sociétés et « villes dans lesquels ils vivent » (Araujo 2009).

Ce séminaire nomade entend proposer un état des lieux des travaux actuels sur les liens entre musique et immigrations en France, en s’intéressant aux phénomènes de relocalisation des traditions, de création en contexte diasporique, de patrimonialisation et de rapport à des héritages multiples. Il mettra en avant des approches ethnographiques et historiques, tant sur des formes et répertoires très audibles dans l’espace public que sur d’autres formes moins connues ou moins étudiées : pour examiner par exemple les reconfigurations de traditions classiques (comme la nûba) ou de répertoires de musique sacrée à la lumière des circulations entre la France et d’autres pays. Il s’agira aussi de mettre au jour des continuités de questionnements aussi bien que des différences d’approche avec l’anthropologie urbaine, la sociologie des migrations ou les études (notamment littéraires) explorant les enjeux esthétiques de la représentation de l’expérience migratoire. Dans quelle mesure ces perspectives permettent-elles d’éclairer le statut (souvent paradoxal) des artistes issus de l’immigration dans l’espace public français ? Quels liens et tensions se dessinent entre divers lieux de publicisation et les sphères intimes de « communautés » ou de groupes d’amateurs ? Comment s’articulent ces cadres collectifs et des démarches de création singulières ?

Les manifestations de ce séminaire se dérouleront entre septembre 2018 et juin 2019.

Nous appelons les membres de la Société Française d’Ethnomusicologie à nous soumettre des propositions d’événements (conférences, débats, journées d’étude, colloques) pouvant être intégrés dans le cadre de ce séminaire. La SFE pourra apporter une aide partielle à leur réalisation (sous forme de défraiements pour un à deux intervenants) à condition qu’ils soient co-financés et que les rencontres fassent l’objet d’une captation audio ou audio-visuelle. Les propositions devront comporter un court descriptif (1 demie-page), un programme et un budget prévisionnel de l’action.

Date-limite : 12 juillet 2018 (pour les manifestations de septembre à juin 2019)

Envoi des propositions : sfe@ethnomusicologie.fr ET talia.bachir-loopuyt@univ-tours.fr    

Bibliographie indicative:

 

ARAUJO, Samuel, « Ethnomusicologists researching towns they live in : theoretical and methodological queries for a renewed discipline », Musicology 9, 2009.

AUBERT, Laurent (dir.), Musiques Migrantes, Genève, Musée d’ethnographie, 2005.  

BACHIR-LOOPUYT, Talia, « Des identités pour rire? Sur une plaisanterie bavaro-mongole et la question du multiculturalisme dans l’Allemagne d’aujourd’hui », Cahiers d’ethnomusicologie 26, 2013, p. 209-229.

BARBE Noël et Marina CHAULIAC, ed. L'immigration aux frontières du patrimoine. Vol. 28. Les Éditions de la MSH, 2016.

BELBAHRI, Abdelkader, « Création musicale, héritages et expressions culturelles des jeunes issus de l’immigration dans l’agglomération lyonnaise », Écarts d’identité, 114, 2009.

BOHLMAN, Philip Vilas. « When migration ends, when music ceases », Music and Arts in Action 3.3, 2011, p. 148-166.

CLAUSEN, Bernd, Ursula HEMETEK et Eva SAETHER (éd.), Music in Motion: Diversity and Dialogue in Europe, transcript Verlag, 2009.

CMTRA, La Guillotière ; Des mondes de musiques, Musiques du Maghreb à Lyon ; Flamenco à Lyon ; Lyon Orientale ; Les Pentes de la Croix-Rousse ; Musiques du 8 , dans la collection « Atlas Sonores en Rhône-Alpes » du CMTRA, de 1995 à 2017.

DAMON-GUILLOT Anne et LEFRONT Mélaine, Comment sonne la ville ? Musiques migrantes de Saint-Étienne, CMTRA, Atlas Sonores en Rhône-Alpes, 2017.

DURAND, Alain-Philippe, ed. Black, Blanc, Beur: Rap Music and Hip-Hop Culture in the Francophone World, Lanham, MD: The Scarecrow Press, 2002.

GAULIER, Armelle. ZEBDA, TACTIKOLECTIF, ORIGINES CONTROLEES: la musique au service de l'action sociale et politique à Toulouse. 2014. Thèse de doctorat. Université de Bordeaux.

GREVE, Martin. Die Musik der imaginären Türkei: Musik und Musikleben im Kontext der Migration aus der Türkei in Deutschland. Metzler, 2003.

GROSS, Joan, David McMurray and Ted Swedenburg. 1992. « Rai, Rap, and Ramadan Nights: Franco-Maghribi Cultural Identities ». Middle East Report 178:11-16,24.

HAMMOU Karim, Une histoire du rap en France, Paris, La Découverte, 2012.

HUQ, Rupa, « Rap à la française: Hip-hop as Youth Culture in Contemporary Post-colonial

France », in : Transitions of Youth Citizenship in Europe: Culture, Subculture and Identity, éd. par Andy Furlong et Irena Guidikova, 41-60. Strasbourg: Council of Europe

Publishing, 2001.

KAPCHAN, Deborah, « Learning to Listen: The Sound of Sufism in France », The World of Music 51, no. 2, 2009, p. 65-89. 

LABORDE Denis,  « Création musicale, World Music et diversité culturelle : la musique comme outil d’intelligibilité anthropologique », Transposition [En ligne], Hors-série 1 | 2018

LABORDE Denis, « La musique pour s’entendre? Politique et migration dans les métropoles occidentales », in BACHIR-LOOPUYT, Talia, DAMON-GUILLOT, Anne ; (dir.), Une pluralité audible ? Mondes de musique en contact, Tours, PUFR, 2018.

MAHFOUFI Mehena, CHEVALIER Sophie, Les pratiques musicales au sein des communautés issues de l’immigration. Deux exemples : la communauté portugaise à Paris et dans la région parisienne, la communauté maghrébine à Lyon et sa région, Paris, Société Française d’Ethnomusicologie, 1993.

MARRANCI, Gabriele. “A Complex Identity and Its Musical Representation: Beurs and Raï Music in Paris”. Music and Anthropology 5, 2000.

MILIANI, Hadj, « Diasporas musiciennes et migrations maghrébines en situation coloniale », Volume !, 12, 2015/1.

OLSEN, Dale A., « Music of Immigrants groups », in Olsen D. A. et Sheehy D. E. dir., Garland Encyclopedia of World Music, vol. 2, part. 2 (« Issues and processes in the Music of South America, Mexico, Central America, and the Caribbean »), Routledge, 1998.

PARDO, Martial ; MAHJOUBA, Mounaïm, Le tour du monde en 25 voisins : musiques et récits de l’immigration en Basse-Normandie, de 1914 à nos jours, Paris, Actes Sud, 1998.

PEREIRA Victor, « Chanson et immigration portugaise en France : une musique du retour ?», Volume ! [En ligne], 12 : 1 / 2015, mis en ligne le 24 novembre 2015, dernière consultation le 30 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/4601

PREVOT Nicolas, « Ethnomusicologie et recherche-action ; Le patrimoine musical des Nanterriens », Cahiers d’ethnomusicologie, 29, 2016, p. 137-156.

RAIBAUD Yves, « Les Musiques du monde à l’épreuve des études postcoloniales »,Volume!, 6 : 1-2, 2008, 5-16.

SUZANNE, Gilles, « Musiques d’Algérie, mondes de l’art et cosmopolitisme », Revue européenne des migrations internationales, 25, 2009/2.

WONG, Deborah, Speak it Louder: Asian Americans Making Music, London: Routledge, 2004.

Cahiers d’ethnomusicologie, vol. 32/2019

« Musiques de migrants »

Appel à contributions

Délai d’inscription : 3 septembre 2018

Les multiples tensions dont sont chargées les musiques de l’exil ont été largement étudiées par l’ethnomusicologie, dès sa constitution comme discipline. Depuis, de nombreuses recherches relevant soit de l’anthropologie diffusionniste, soit d’une orientation sociologique, parfois en histoire sociale de la musique, ont fait de l’étude des répertoires musicaux un outil pour l’étude des formes d’attachement aux cultures d’origine, qu’il s’agisse de les envisager sous l’angle d’une préservation, ou, au contraire, sous celui de la créolité, de l’hybridation ou de la fusion.

Avec l’accélération de la globalisation, l’ethnomusicologie a vu ses paradigmes se renouveler et une nouvelle génération de chercheuses et de chercheurs explore aujourd’hui  de nouvelles pistes, parmi lesquelles la façon dont de nouveaux sons sont fabriqués, dont des formes de cosmopolitisme musical émergent ou dont des pratiques musiciennes s’articulent au politique dans la perspective d’une gestion des flux migratoires. Ces travaux examinent la manière dont la musique permet d’équiper une société d’accueil de représentations positives de l’altérité. Ainsi, la tentative de construction d’une figure de l’autre en artiste musicien, valorisation artistique visant à favoriser son intégration, se retrouve, par exemple, dans le concours Creole, Musiques du Monde d’Allemagne, ou encore dans le festival Villes des Musiques du Monde d’Aubervilliers. Ce processus tend à se généraliser : dans de nombreuses structures associatives comme dans les conservatoires, les écoles de musique et les équipements culturels, des ateliers de musique destinés aux migrants ou animés par des migrants se font jour.

Dans le but d’interroger cette dynamique, ce numéro des Cahiers d’ethnomusicologie souhaite réunir un certain nombre d’observations portées sur des situations qui rendent compte de « ce qui se passe » lorsque le lien aux migrants se construit sur une base musicienne. Que peuvent ces observations nous dire des ontologies musiciennes, des répertoires spécifiques comme de ceux qui sont partagés, de leur incorporation, des échanges, des actions menées en commun, des tensions qui émergent dans les situations dramatiques qui se vivent aujourd’hui en Europe notamment ou des incompréhensions qui peuvent surgir ? Car, même lorsque la tension est à son comble, que le processus migratoire, proche de l’anomie, se situe dans une zone d’incertitude existentielle, des solidarités se manifestent, des écoutes se façonnent qui engagent la musique, pensée ici comme forme relationnelle, sur le mode de l’échange social.

Les contributions centrées sur les thèmes suivants seront accueillies avec intérêt :

— de quoi le face-à-face artistique et humain est-il porteur ?

— comment le lien aux codes culturels d’origine est-il activé par la musique pour chacun de ceux qui sont présents dans l’échange ?

— quelle est cette part d’eux-mêmes que des migrants transportent lorsqu’ils se trouvent dans ces situations proches de l’anomie ?

— en quoi le processus migratoire affecte-t-il les pratiques musicales des migrants ?

— que visent les dispositifs d’éducation musicale et de pratique collective mis en place dans des camps, dans les institutions, dans les structures associatives ? Et que nous disent-ils de la rencontre, de l’échange culturel, de la capacité d’attention de chacun dans ces situations de musique ?

— les ethnomusicologues ont-ils ou devraient-ils avoir un rôle à jouer dans l’organisation de projets musicaux mettant en scène des musiciens migrants ?

— quels effets la présence de musiciens migrants a-t-elle sur les pratiques musicales dans leur terre d’accueil ?

— une fois le processus de migration effectué, qu’en est-il de la rencontre et de l’échange ? quelle est la part de visibilité des musiques issues de l’immigration et de leur insertion dans l’espace public ?

— enfin, les processus migratoires, quelle que soit leur origine, sont souvent à l’origine de transferts culturels. Dans quelle mesure certaines pratiques actuelles portent-elles la mémoire, soit récente, soit plus ancienne, de ces mises en contact culturelles ?

Cet appel concerne toutes les aires géographiques et toutes les configurations historiques.

——————————

Le volume 32, « Musiques de migrants », est coordonné par Denis Laborde (CNRS-EHESS) et Luc Charles-Dominique (Université Côte d’Azur).

Envoyer une proposition d’une page maximum (titre, abstract) et un court CV à : 

Denis.laborde@ehess.fr

l.charles-dominique@wanadoo.fr

avant le 3 septembre 2018.

Les auteurs dont les propositions auront été retenues devront envoyer leur article avant le 1er décembre 2018.

Le secrétariat d'état à l'étude et à la recherche de l'Université Laval lance un appel à la candidature pour 400 bourses d'études canadienne à la disposition des étudiants étrangers désireux effectués un séjour d'étude ou de recherche pour l'année académique 2018-2019.

SPÉCIFICITÉ DE LA BOURSE:
- L'Université Laval entend faciliter l'immigration aux personnes désireuses de poursuivre leurs études et d'obtenir des diplômes d'état canadien.
- Les candidats retenus au terme de la sélection de candidatures seront insérés outre leur étude dans les secteurs sensibles de la vie économique et sociale du Canada: (santé, droit, diplomatie, communication, finance, énergie, industrie, transport, agriculture...).
-Cette option de l'Université Laval vise à donner une aptitude professionnelle aux boursiers pour pouvoir travailler s'ils le désirent au Canada à la fin de leur formation.

DURÉE DE LA BOURSE:
Les bourses couvrent la période d'un cycle de formation ou au maximum six (06) semestres voir plus.

FRAIS DE VOYAGE:
Les billets d'avion aller-retour (Provenance – Canada/ Québec), sont pris en charge par la direction régional des bourses étrangères canadienne. Conditions préalables à la candidature en règle générale, les candidats aux bourses étrangères Canadienne doivent:
- Avoir au maximum 18 ans à 55 ans;
- Comprendre et parler correctement l'une des langues d'enseignement an Canada (Anglais, Français, Espagnol, Allemand, Italien);
- Avoir un diplôme équivalent au brevet d'étude de premier cycle d'enseignement, au baccalauréat ou au brevet d'aptitude professionnelle des pays de l'union européenne.

PROCÉDURE DE SÉLECTION:
- Veuillez faire votre demande de bourse en réclamant le formulaire d'inscription à remplir par une lettre de motivation à envoyer à l'adresse émail de notre secrétariat: universitelaval@secretary.net
Bonne chance

The Faculty of Arts at The University of British Columbia (UBC) – Vancouver campus invites applications for the position of Director of the School of Music, with an anticipated start date of January 1, 2019 or July 1, 2019. The appointment as Director is typically for an initial five-year term, with the possibility of reappointment for a second term. We expect that the successful candidate will be appointed at the rank of Full Professor (although we would consider an exceptional appointment at the rank of Associate Professor). The UBC School of Music offers a full range of undergraduate and graduate programs, including BMus, MMus, MA, DMA, PhD, and the Diploma in Music Performance or Collaborative Piano. For information about the School, visit www.music.ubc.ca.

We seek applicants who have a distinguished record of research publications or creative and performing activity commensurate with appointment at the Full (or Associate) Professor rank, and whose specializations complement those of the School. The successful candidate will have a record of high quality undergraduate and graduate teaching, and graduate supervision. Demonstrated administrative skills and experience are a requirement, and prior involvement in leadership will be considered an asset. Applicants would normally possess a PhD or DMA, but we will also consider exceptional candidates with equivalent credentials and experience. She or he will be expected to demonstrate vision and creativity and to foster a collaborative, respectful, and inclusive environment for students, staff, faculty, and community partners.

The Director’s responsibilities will include overseeing recruitment of students; recruiting and evaluating faculty; developing scholarly initiatives; maintaining and enhancing community, alumni, and donor partnerships; overseeing educational and community programs; overseeing the financial health of the unit; and continuing to build the profile of the School regionally, nationally, and internationally.

Applicants should provide the following items in a single PDF file to Margaret Tom-Wing in the Dean of Arts Office via email (arts.headships@ubc.ca) with “MUSIC Director” in the subject line: a letter of application; a curriculum vitae; and statements (no longer than 1 page each) summarizing their (a) research/creative activity program, (b) teaching philosophy/practice and ability to work with a diverse student body, (c) experience in and approach to administrative and leadership roles, and vision for a School of Music in a research-intensive University.

Review of applications will begin on June 15, 2018, and will continue until the position is filled. At a later stage of the search process, long-listed candidates will be asked to provide evidence of teaching effectiveness and to arrange to have four confidential letters of reference sent directly to the Dean of Arts Office. The position is subject to final budgetary approval. Salary will be commensurate with qualifications and experience.

UBC-Vancouver’s Point Grey Campus is located on the traditional, ancestral and unceded territories of the Musqueam people, with whom UBC shares a framework Memorandum of Affiliation. For information relating to Aboriginal initiatives that are available at UBC, visit the UBC Vancouver Aboriginal portal at: http://aboriginal.ubc.ca/.

 Equity and diversity are essential to academic excellence. An open and diverse community fosters the inclusion of voices that have been underrepresented or discouraged. We encourage applications from members of groups that have been marginalized on any grounds enumerated under the B.C. Human Rights Code, including sex, sexual orientation, gender identity or expression, racialization, disability, political belief, religion, marital or family status, age, and/or status as a First Nation, Métis, Inuit, or Indigenous person.

All qualified candidates are encouraged to apply; however, Canadians and permanent residents of Canada will be given priority.  

 

Joomla SEF URLs by Artio