Le conseil d'administration de la SFE est constitué de neuf membres bénévoles élus lors des Assemblées générales. Leur mandat est de trois ans, éventuellement renouvelables. La composition actuelle du CA est la suivante :

François Picard (Président de la Société) est professeur d'ethnomusicologie analytique à Sorbonne Université et chercheur à l’Institut de recherche en musicologie IreMUS. Il anime le Séminaire d’études ethnomusicologiques de la Sorbonne. Il étudie les processus de transmission sur le temps long en Chine, en particulier autour des temples. Il joue de la flûte xiao et de l’orgue à bouche sheng. Il a publié trois livres, des dizaines d’articles et de chapitres et une trentaine de CD. Il a siégé dans les instances nationales d ‘évaluation en arts (CNU 18) et en ethnologie (CoNRS 38).

Clara Biermann (Vice-présidente) est maître de conférences en ethnomusicologie au Département de Musique de Paris 8, membre de l' E.A Musidanse et membre associée au CREM-LESC UMR 7186. Ses recherches portent sur le candombe afro-uruguayen à Montevideo (Uruguay) . Elle s'intéresse aux relations entre race, genre, savoir-faire et légitimité, aux processus de création et aux circulations des cultures musico-chorégraphiques et des imaginaires politiques et religieux dans l'Atlantique noir..

Véronique de Lavenère (Trésorière) est docteure de Sorbonne Université, Chercheuse associée à l'IReMUS UMR 8223 (l'Institut de Recherche en Musicologie) et au CASE (Centre Asie du Sud Est). Elle dirige groupe de recherche « Marionnettes dans le monde » au CIRRAS et enseigne l’ethnomusicologie dans diverses universités. Ses recherches en Asie du Sud Est, et au Laos, portent sur la pluri-ethnicité et la diversité des patrimoines musicaux (Musique et Rituels, circulations et mutations des pratiques, patrimoines et mondialisation). Elle interroge également les pratiques musicales au cœur des arts de la scène traditionnels et contemporains à travers les questions d’art et pouvoir, de tradition, de création et d’émergence de nouvelles formes nourries d’identités métissées.

Anitha Savithri Herr (Secrétaire) doctorante à Sorbonne Université, et PRCE en ethnomusicologie, ethnoscénologie et pratique des musiques du monde dans le département Arts et Spectacles de l'Université d'Evry. Ses recherches portent sur les relations entre musique et danse dans les formes spectaculaires en Inde du Sud (Bharata Natyam et Yakshagana).

Talia Bachir-Loopuyt est Maître de conférences en ethnomusicologie à l'Université de Tours, rattachée à l' équipe ICD et chercheuse associée au Centre Georg Simmel (EHESS). Spécialiste de l'Allemagne, elle a notamment travaillé sur les festivals de musiques du monde, les musiques turques en contexte migratoire et l'histoire de la musicologie comparée. Ses recherches actuelles portent sur l'histoire de l'ethnomusicologie et les musiques de l'immigration en France. En parallèle, elle a entamé une ethnographie au long cours de pratiques chorales en Allemagne. Elle a également dirigé des publications collectives sur l'improvisation (Tracés n°18), les savoirs musicologiques (Musik-Kontext-Wissen, 2012; hors-série de Transposition, 2018), les enfants musiciens (Cahiers d'ethnomusicologie 31).

Johanni Curtet est chercheur associé à l'EA Histoire et critique des arts, Université Rennes 2. Ethnomusicologue spécialiste du khöömii (chant diphonique mongol) et de la Mongolie, ses recherches portent notamment sur la transmission, l'histoire, le timbre vocal, la spectacularisation, l'institutionnalisation, la patrimonialisation et le processus compositionnel dans cette tradition. Il est aussi enseignant du chant diphonique (Cité de la musique, Université Rennes 2, etc.) musicien, producteur, et directeur artistique de Routes Nomades.

Cécile Delétré est étudiante en doctorat à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction de François Picard et travaille sur les musiques liées à la chasse chez les Yoruba du Nigeria. Egalement professeur des conservatoires, elle enseigne la formation musicale et l’ethnomusicologie au Conservatoire de Gennevilliers et au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Ingrid Le Gargasson est docteur en anthropologie sociale et historique, affilié au Centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud (CNRS-EHESS). Ses recherches portent sur la musique hindoustanie et les questions de transmission musicale. Elle travaille également sur l'histoire de la musicologie indienne et sur les problématiques liées à l'institutionnalisation des savoirs musicaux.

Stéphanie Weisser est maître de conférences en ethnomusicologie à l'Université Libre de Bruxelles (Belgique). Elle a mené, au sein de l'ULB et du Musée des Instruments de Musique de Bruxelles, des recherches sur des thématiques liées à l'acoustique instrumentale, la classification des instruments de musique et l'ethnomusicologie computationnelle. Elle a publié deux CD aux AIMP et a récemment organisé une journée d'étude sur les musiques migrantes à Bruxelles. Elle est par ailleurs directrice d'un centre culturel situé à Bruxelles.

Aides

Laurence Fayet est musicienne de gamelan javanais, professeur d'anglais (retraitée), ancienne administratrice et secrétaire d'édition de la SFE. Elle assure diverses tâches de gestion tout au long de l'année.

Joomla SEF URLs by Artio