Dans ce morceau lourdement oom-pah-pah, « Lonely boy », extrait d’un concert du groupe autrichien Mnozil Brass, ce qui frappe au début, c’est évidemment le contraste entre l’indifférence souveraine qu’affiche le musiquant et la coordination insolite et de plus en plus complexe dont il fait preuve (cf.3'58). Mais au fur et à mesure que le morceau avance, c’est le côté musicien-en-pièces-détachées qui prend la relève : en fin de parcours, avec l’intervention du magicien bouffon, les instrumentalistes se constituent en une sorte de fanfare mécanique dont ce garçon solitaire est devenu l’élément moteur.

Joomla SEF URLs by Artio