Blog humours

Cette rubrique était active durant l'année 2012. Elle recensait différents exemples d'humours sonores, en vue de préparer les Journées d'étude 2012. Il s'agissait principalement de documents qui se trouvaient ailleurs sur internet, et que nous regroupions ici afin de faire naître des parallèles ou des contrastes. Les membres de la Société étaient invités à y poster leurs préférés directement, en les accompagnant d'un commentaire introductif et/ou explicatif.

Dans le prolongement de cette rencontre les Cahiers d'ethnomusicologie publient en 2013 un dossier "Notes d'humour". Celui-ci est accompagné d'exemples audiovisuels présentés dans une rubrique séparée sur cette même plateforme.

« Manitas de la Bitas, las couillas in betones » [titre de la vidéo]

Ça sent la grosse blague.  Le fait que Manitas se fait nommer "Las couillas in bettones" va bien dans ce sens.

Mais pas tout à fait, car au-delà, qu'apprend-on ?

Selon moi, le rire vient ici de la disjonction supposée (et clairement admise) entre l'art flamenco, qui se présente comme une expression sérieuse, et qui se prend même beaucoup au sérieux, (et a foritiori J.S. Bach)  et l'acte sexuel, qui ici est traité dans son aspect le plus Hard. Ce double registre sur lequel joue le gag suffirait à produire le rire, de fait.

Mais il n'y a pas que cela, car on notera que le flamenco aboutit à un "olé", qui est drôle puisqu'il renvoie à la fois à l'extase musicale et au plaisir orgasmique. Dans l'exemple suivant (suite de Bach) le registre est différent. Il y a plusieurs façons de prendre son pied, en somme.

Alors, du coup,  on n'est plus dans la disjonction musique/sexualité, mais dans une conjonction (stipulée), sérieuse et qui justifie le gag.

Il nous est en effet clairement rappelé que le rapprochement entre les deux actes (sexuel et musical)  a pour fond commun l'extase, l'orgasme, ou plus simplement la tension/détente. Ce qu'aucun sexologue ni aucun musicologue ne mettraient en cause. En outre les deux s'obtiennent à partir de technicités voisines, gratougnis, mouvements cycliques intentionnels, rythmiques, calibrés...  Cela est indispensable, sinon le gag ne passerait pas.

Deux arts voisins en somme.

Hoffnung traitant avec un grand savoir-faire, une symphonie de Haydn qui ne lui avait pas fait grand mal... Quoique !

A nouveau, le ressort de l'humour repose ici essentiellement sur les choix organologiques.

Dans le premier exemple, l'étonnant accompagnement rythmique du teuf teuf du moteur à explosion est régulièrement mis en valeur par des breaks:

Dans le second exemple, le musicien australien Linsey Pollak construit un numéro de clown à l'aide d'une "loop station", lui permettant de superposer peu à peu le son d'une clarinette en tuyau d'arrosage, du scat, et la mélodie d'une clarinette-plumeau:

"Florence Foster Jenkins est une soprano américaine née le 19 juillet 1868 à Wilkes-Barre et morte le 26 novembre 1944 à New York. Elle est célèbre pour son manque de justesse, son faible sens du rythme et son incapacité totale à chanter correctement" (cf. Wikipedia)

Joomla SEF URLs by Artio