Chantées par les musiciens professionnels tsiganes (les lăutari) et appréciées par un public varié, les manele ne cessent d'alimenter les controverses depuis plus de 20 ans. Quel dosage de sérieux et d'(auto)dérision est-il nécessaire pour goûter ce genre musical? Comment la mise en musique affecte-t-elle les paroles des chansons ? Comment comprendre les nombreuses "dédicaces" (dedicaţii) qui accompagnent immanquablent les performances live, et rapportent aux musiciens des "pourboires" (bacşişuri) souvent astronomiques ?

Joomla SEF URLs by Artio